Migration: Bourita veut un partenariat «d'égal à égal» avec l'Europe et rejette les centres d'asile

429

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a émis le souhait jeudi de voir l’Europe «mette à jour sa vision de l’Afrique» et établisse avec son pays un partenariat «d’égal à égal» en matière de gestion des flux de migrants alors que la pression migratoire sur le Maroc s’est récemment accrue.
«Sommes-nous un véritable partenaire ou juste un voisin dont on a peur?», s’interroge le chef de la diplomatie marocaine dans une interview au quotidien autrichien Die Presse publiée jeudi. Nasser Bourita souhaite à cet égard de la «clarté» de la part de l’Europe, appelée à «mettre à jour sa vision de l’Afrique».
«On ne peut pas demander au Maroc son aide sur la question migratoire et dans la lutte contre le terrorisme tout en traitant le pays comme un objet», affirme le ministre qui plaide pour un partenariat «de confiance» et d’égal à égal avec l’Europe. A cet égard, il a réaffirmé son opposition au concept de centres d’accueil hors-UE envisagé par l’Union européenne pour externaliser la gestion des flux migratoires hors de ses frontières.
Dans la même interview, le ministre des affaires étrangères et de la coopération a déclaré: «Le Maroc est généralement contre toutes sortes de centres» ajoutant que «cela fait partie de notre politique migratoire et c’est une position au nom de la souveraineté nationale». Bourita a aussi rappelé que les migrants représentent 3% de la population mondiale, dont 80% sont légales, nous ne parlons donc que de 20% de ces 3%.
La pression migratoire s’est accentuée sur le Maroc
Depuis la fermeture progressive des routes migratoires en Méditerranée orientale (Turquie-Grèce) et centrale, via la Libye (ou la Tunisie) et l’Italie, la pression migratoire s’est accentuée sur le Maroc. Les réseaux de trafic de migrants ont accéléré leurs activités au départ des côtes du pays, principalement à destination de l’Espagne.
L’Union européenne a fait part de sa volonté de coopérer davantage avec l’Afrique du nord pour endiguer le flux des arrivées. Il y a toutefois en Europe «un contexte politique qui rend le problème plus important qu’il n’est en réalité», estime encore Bourita, rappelant que la «part essentielle des migrations en Afrique, soit 84%, se déroule à l’intérieur de l’Afrique» et non à destination de l’Europe.