El Himma reproche à Benkirane de «laisser se répandre les fausses informations»

151

Dans une déclaration accordée à Médias24, le conseiller du roi Fouad Ali El Himma dément catégoriquement avoir rencontré Abdelilah Benkirane «en tant qu’émissaire du Palais». Il reconnaît lui avoir rendu visite, mais seulement «à titre personnel».

Fouad Ali El Himma a réagi à une rumeur relayée par certains organes de presse, selon laquelle il aurait rendu visite à Abdelilah Benkirane pour le consulter à propos des événements à Al Hoceima. Tout en confirmant avoir rencontré le secrétaire général du PJD, le conseiller du roi assure, dans des déclarations confiées mardi 6 juin à nos confrères de Médias24, l’avoir fait «dans un cadre personnel, de pure courtoisie, au début de ce mois sacré de ramadan». Le membre du cabinet royal dément ainsi avoir rencontré l’ancien chef du gouvernement «en tant qu’émissaire du Palais royal », comme l’avait relayé le quotidien Akhbar Al Yaoum dans dans sa livraison du mardi 6 juin.

«J’ai simplement voulu prendre de ses nouvelles, surtout qu’il était fatigué. Il a également plusieurs fois demandé de mes nouvelles et me reprochait de ne pas lui rendre visite et de ne pas prendre contact avec lui», a encore précisé El Himma. Et de tacler, dans des mots durs, l’ex-chef du gouvernement: «M. Benkirane veut peut-être maintenir des illusions, taire la vérité ou laisser se répandre les fausses informations. Mais je refuse que cela se fasse en mon nom».

Dans son message, Fouad Ali El Himma est catégorique: «Puisque je suis l’émissaire supposé, je démens catégoriquement ce qui a été colporté et affirme que les événements en question n’ont pas figuré dans nos échanges», a-t-il insisté. Le conseiller du roi a également rappelé que les événements d’Al Hoceima ont débuté pendant le mandat de Benkirane à la tête du gouvernement. «Je n’aurais pas voulu non plus embarrasser M. Benkirane, d’autant plus que les événements d’Al Hoceima, comme tout le monde le sait, ont commencé et se sont poursuivis quelques mois pendant son mandat à la tête du gouvernement», a-t-il conclu.