Document. Une nouvelle technique de piratage à la carte bancaire inquiète les autorités

Crédit: DR

Aussitôt alertée par la DGSN sur une nouvelle technique de fraude à la carte bancaire, le «skimmming», la Direction de la supervision bancaire relevant de Bank Al Maghrib a saisi différentes agences bancaires du royaume pour prendre les mesures nécessaires.

La DGSN a alerté la Direction de la supervision bancaire d’un risque imminent de fraude monétique par la méthode dite de «skimming», une technique de fraude à la carte bancaire sur les guichets automatiques.

La Direction générale de la sûreté nationale a demandé aux banques d’informer immédiatement le service de police le plus proche, en cas d’identification d’opérations de ce type, peut-on lire sur une note envoyée par la Banque centrale aux différents opérateurs bancaires, datant du lundi 23 décembre.

La DGSN a en effet pris au sérieux le problème après que les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech ont découvert, à la mi-décembre, plusieurs dispositifs dits «skimming » posés sur différents guichets automatiques de banque (GAB) de la ville ocre.

La technique du skimming consiste à pirater des cartes bancaires, notamment depuis les GAB. Concrètement, il s’agit d’un clonage de carte qui se fait soit par le piratage de la fente sensée accueillir la carte bancaire, ou par l’installation d’une caméra pirate au dessus des distributeurs. Deux techniques alternatives qui permettent aux auteurs de subtiliser les données stockées sur la carte (coordonnées bancaires) et le code personnel. Les cartes sont par la suite dupliquées et utilisées au détriment de leur propriétaire.

Cette pratique de piratage qui date du début des années 2000 semble se répandre de façon inquiétante au Maroc.