Démarrage sous tension de la distribution des aides aux Ramedistes  

DR/

Aujourd’hui a commencé la distribution des aides aux ramedistes. Les ménages opérant dans l’informel qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, peuvent bénéficier d’une aide de subsistance qui sera servie par le fonds Coronavirus. 800 dirhams pour les ménages de deux personnes ou moins,  1000 dirhams pour les ménages formés de trois à quatre personnes et 1200 dirhams pour les ménages de plus de quatre personnes. Néanmoins, l’opération n’est pas une simple affaire….

A partir de ce lundi 6 Avril, les bénéficiaires ramedistes des aides prévus par le fonds spécial de lutte contre le coronavirus seront informés par SMS du lieu de retrait de ces subventions. «Nous avons démarré cette journée de manière exceptionnelle, puisqu’une foule a commencé à se constituer aux abord de l’agence dès 9h du matin», nous informe ce directeur d’agence bancaire, sise à Boulevard Nador, Casablanca. «Beaucoup de gens ne respectaient pas les distances de sécurité, quasiment aucune personne ne portait de masque ni de gants et l’impatience commençait à se sentir à chaque traitement de dossier.

Pourtant, et afin d’éviter l’encombrement des points de retrait, en cette période de confinement, les messages téléphoniques vont être étalés sur plusieurs jours. Toute personne n’ayant pas reçu de SMS est invitée à ne pas se déplacer.

 

Les forces de l’ordre en soutien

 

Néanmoins, notre source indique que, quelques minutes après le démarrage, une colonne d’estafettes de police s’est arrêtée à notre niveau, et des agents ont été dispatchés au niveau des différentes agences du quartier, obligeant les gens à respecter les règles de distanciation sociale. À Fès, une forte affluence a été également observée, ce lundi, du côté des agences postales, agences bancaires, en plus des bureaux de transfert de fonds, rapportent nos confrères de L’Economiste.

«Pour réguler cette opération, des éléments des services sécuritaires sont appelés à la rescousse. Les policiers et forces auxiliaires sont sur place, assurant le respect des distances de sécurité dans la file d’attente mais, ce n’est pas toujours évident, surtout dans les quartiers populaires de Bendebbab », rapporte le correspondant du quotidien, qui affirme par ailleurs qu’au niveau de la ville de Taza, les autorités ont imposé de nouvelles mesures de distanciation.