Covid-19/Pr. Marhoum: «La baisse des cas positifs quotidiens n’est pas encore significative»

3652
Pr. Marhoum, chef de service des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd, à Casablanca.

On observe une baisse de 12,7% des cas quotidiens positifs au covid-19 enregistrés la semaine dernière. Une baisse qui n’est « pas encore significative » selon le Pr. Marhoum.

La tendance est à la baisse en matière de contamination au covid-19. Entre la semaine dernière et la précédente, on remarque une diminution de 12,7% des cas quotidiens annoncés positifs au covid-19, s’élevant parfois à plus de 1.000 cas de différence.

 

cas positifs nationaux différence semaine précédente
16/11 3.012 -158
17/11 5.415 -201
18/11 5.391 -70
19/11 4.559 -1.636
20/11 4.706 -809
21/11 4.702 -1.173
22/11 3.979 -987

 

« Ce n’est pas encore une baisse suffisamment soutenue pour qu’on la considère comme significative. Ce sont des baisses tout à fait aléatoires qui ne veulent pas dire qu’on a contrôlé l’épidémie », commente Pr. Mahoum, épidémiologiste et chef du service des maladies infectieuses au CHU de Casablanca.

« Il faut que cette tendance se maintienne. Si cela persiste pendant une semaine à dix jours, je dirais qu’on est peut-être en train de redescendre, mais actuellement non », ajoute-t-il, précisant qu’il y a plusieurs paramètres à prendre en compte, « notamment le nombre de tests réalisés ». « En général, le week-end, ça se calme un peu car les tests sont faits uniquement en cas d’urgence; ainsi on observera artificiellement une petite diminution ».

 

Lire aussi : Covid-19: décès du directeur de l’hôpital Mohammed V de Casablanca

 

Côté décès, on avoisine actuellement les 80 cas par jour. « Même si on était en phase décroissante, la mortalité est toujours retardée par rapport au nombre de cas. Les personnes qui décèdent aujourd’hui sont des personnes dépistées et hospitalisées il y a une, deux, trois ou quatre semaines; donc ça ne reflète que ce qui s’est passé bien avant », illustre l’expert qui indique que le nombre de cas en réanimation « reste stable ».

Et de conclure: « Si le nombre de cas contaminés continue à baisser, peut-être que dans trois ou quatre semaines on verra également le nombre de décès diminuer ».