Casablanca-Settat: des présidents de commune soupçonnés de détourner les fonds pour l’entretien des routes

65

Des présidents de commune de la région Casablanca-Settat sont soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de détournement de fonds réservés à l’entretien des routes. Les détails.

L’inspection générale des finances a passé au crible les comptes du programme Al Massalik après qu’un budget de 80.000 DH a été distribué sur des communes de la région Casablanca-Settat dans des conditions douteuses, rapporte Assabah dans son édition du jeudi 31 janvier. Des présidents de commune sont d’ailleurs soupçonnés de détournement de fonds, mais également d’abus de pouvoir et de népotisme.

Selon Assabah, l’inspection générale des finances et l’inspection générale de l’administration territoriale ont ouvert une enquête à propos de marchés douteux concernant des projets publics aux enveloppes budgétaires assez importantes. Le quotidien cite l’exemple d’une petite entreprise récemment créée qui aurait récolté 400 millions de centimes sur ce genre de projets publics menés dans la région. Cette petite entreprise serait gérée par un proche d’un président de commune qui lui a confié ce marché.

Le quotidien précise également que ces élus profiteraient de leur position pour prioriser des projets qui servent leurs intérêts électoraux, en ouvrant ou en bétonnant des routes secondaires. Ces élus seraient également soupçonnés de truquer les cahiers de charges de certains projets afin de maximiser leurs profits. L’enquête a par ailleurs révélé que le projet Al Massalik n’a pas respecté ses engagements qui étaient de passer l’état d’avancement de 47% à 90% l’année dernière.