Bientôt une frontière intelligente entre le Maroc et Sebta

2797
Poste-frontière de Tarajal. Crédit: DR

Des fonctionnaires ont procédé la semaine dernière à l’installation du nouveau système pour une frontière intelligente qui devrait être pleinement opérationnel en juin.

La frontière intelligente entre Sebta et le Maroc, l’un des grands projets de l’administration dirigée par Salvadora Mateos, représentante de la délégation gouvernementale dans l’enclave espagnole, est sur le point de devenir une réalité, rapporte El Faro de Ceuta dans un article publié le 12 mai.

Au cours de la semaine écoulée, une équipe de techniciens du sous-département général des systèmes d’information et de la sécurité, relevant du secrétaire d’État à la Sécurité espagnol, a procédé aux dernières phases de l’installation du matériel dans la ville. La dernière étude réalisée il y a environ un mois avait détecté certaines erreurs et carences qui figuraient déjà dans le rapport initial. Les dernières retouches sont actuellement en cours pour rendre pleinement opérationnelle la frontière intelligente avant le début de l’Offre publique d’échange, précise le média espagnol.

 

Lire aussi : Sebta: des marchandises de porteurs bloquées à la douane depuis une semaine

 

Le projet devrait entrer en fonction en juin, soit l’échéance imposée par le secrétaire d’Etat à la Sécurité espagnol. Il comprend un nouveau système de télévision en circuit fermé, la modernisation du périmètre des infrastructures, l’adaptation du trafic piétonnier et le système de reconnaissance faciale. Un investissement de 6,28 millions d’euros est prévu sur une période de six ans, explique le quotidien.

Le processus de numérisation avec système de reconnaissance intelligent comprendra des équipes chargées de détecter les citoyens de l’Union européenne et ceux du Maroc. Parmi les mesures envisagées, figure la détection du nombre d’entrées et de sorties effectuées par une personne le même jour.

Il sera également possible de détecter si les personnes qui traversent Tarajal sont des acheteurs ou des porteurs, afin d’éviter les échecs répétés et la confiscation des marchandises de personnes qui, en réalité, ne font pas de commerce parallèle.

 

Lire aussi : Tarajal: l'Espagne reconnait qu'elle doit "améliorer" la situation au poste-frontière

 

Sur cette base, la numérisation permettra d’enregistrer si la même personne a traversé à trois reprises Tarajal avec des marchandises, de sorte qu’il sera automatiquement étiqueté en tant que transporteur et ne sera pas autorisé à transiter par la frontière, pour le maintenir exclusivement au sein du « Tarajal II ».

Le plan visant à renforcer et à moderniser le système de protection des frontières et des terres dans les villes de Sebta et Melilla, doté d’un budget total de 32,7 millions d’euros, vise à renforcer la prévention contre l’immigration clandestine, à améliorer l’efficacité et la sécurité des Forces et organismes de sécurité d’État espagnols et de garantir le plein respect des droits de l’Homme, rappelle El Faro de Ceuta.