Après six mandats, Ali Kayouh quitte le Parlement

D.R

Le Parlement sera orphelin de «L’haj Kayouh», qui y a siégé pour six mandats. Il sera remplacé par sa fille Zineb, qui était la deuxième de sa liste électorale lors des dernières échéances législatives, tenues le 7 octobre 2016.
Le président de la Chambre des représentants, Lahbib El Malki, a reçu la démission du leader istiqlalien, le vétéran Haj Ali Kayouh. Il devrait en faire part à l’ensemble de la représentation nationale lors la prochaine session du parlement qui débutera vendredi prochain.
Kayouh a déposé sa démission sur la table du président du parlement pour des raisons de santé. Le désormais futur ancien député avait subi une chirurgie lourde pour des problèmes cardiaques en 2013 à Rabat. S’en est suivie une série de traitements et de longues périodes de convalescence.
Après cette décision, le poste sera légué à sa fille Zineb en vertu du règlement interne du parlement et de la loi régissant les élections législatives. Elle était sa dauphine dans la liste qui a remporté la première place de la circonscription du sud de Taroudant. Zineb Kayouh était conseillère à la seconde Chambre, au cours de l’ancienne législature, et avait présenté sa démission quelques jours avant les élections parlementaires pour qu’elle puisse être candidate aux législatives. Elle est actuellement coordonnatrice régionale du Parti de l’Istiqlal à la région de Draa Tafilalet, et est membre de son Bureau exécutif.