Turquie: la devise plonge, la bourse dans la tourmente après le limogeage du chef de la Banque centrale

Bourse d'Istanbul. Crédit: DR.

La livre turque a plongé et les cotations ont été interrompues à la bourse d’Istanbul lundi, après le limogeage surprise par le président turc Recep Tayyip Erdogan du gouverneur respecté de la Banque centrale.

La livre turque a dégringolé de plus de 14,8% face au dollar tôt lundi sur les marchés des changes, s’échangeant en début de matinée en Asie jusqu’à 8,47 TRY pour un billet vert contre 7,22 TRY  en fin de semaine dernière. Elle s’est reprise quelque peu par la suite, remontant à 7,97 TRY vers 08H30 GMT.

La Bourse d’Istanbul a été aussi prise dans la tourmente. Les cotations ont été suspendues à deux reprises dans la matinée après une chute de plus de 6% du principal indice, en application d’un mécanisme qui prévoit une interruption en cas de fortes fluctuations.

Les marchés subissent ainsi de plein fouet l’impact du limogeage par M. Erdogan du gouverneur de la banque centrale Naci Agbal, un ancien ministre des Finances respecté, quatre mois après sa nomination.

 

Lire aussi: Turquie: colère après l’abandon d’un traité protégeant les femmes

 

M. Agbal avait été destitué tard vendredi dans un décret présidentiel qui n’avançait pas de motif officiel, mais intervenait deux jours après un fort relèvement de 200 points de base du principal taux directeur par la banque centrale, une mesure de lutte contre l’inflation saluée par les marchés. Il n’était en poste que depuis cinq mois.

 

– « Aucune règle  » –

 

Le limogeage de M. Agbal et la chute de la livre alors que l’économie pâtit déjà de l’impact de l’épidémie de coronavirus, ont laissé de nombreux Turcs désabusés.

« La Turquie donne l’impression d’être un pays qui ne suit aucune règle. Il n’y plus de droit, plus de démocratie et tout cela a un impact », s’exaspère Adem Demirtas, un conseiller financier rencontré dans une rue commerçante du centre d’Istanbul.

« Soutenir le gouvernement ne veut pas dire fermer les yeux sur ses erreurs. Si des erreurs sont commises il faut qu’elles soient réparées », renchérit Sukru Kocak, un autre habitant de la ville.

Ahmet, un chômeur de 60 ans, note avec amertume que « les prix ne cessent d’augmenter ». « Je ne sais pas ce qui va nous arriver », lâche-t-il.

Le président Erdogan, partisan d’une forte croissance alimentée par des crédits bon marché, a toujours exprimé son opposition aux taux d’intérêt élevés.

Il les qualifie ainsi régulièrement de « père et mère de tous les maux » et affirme, à rebours des théories économiques classiques, qu’ils favorisent l’inflation.

Dans une série de tweets publiés lundi, le numéro deux de l’AKP, le parti au pouvoir, Nurettin Canikli a justifié le remplacement de M. Agbal, estimant qu’il ne s’était pas acquitté de sa « tâche principale » qui est selon lui « assurer la stabilité des prix ».

« Celui qui est nommé comme chef de la Banque centrale ne peut dévier de cet objectif », a-t-il ajouté.

 

– « Régime de changes libres » –

 

Tentant de rassurer les investisseurs, le ministre turc des Finances Lütfi Elvan, a affirmé lundi que son pays maintiendra un régime de changes libres en dépit d’un plongeon spectaculaire de la livre turque.

 

Lire aussi: La Turquie accuse l’aviation grecque de « harceler » un navire turc

 

« Nous ne ferons aucune concession en ce qui concerne le mécanisme du libre marché et maintiendrons un régime de changes libres », a-t-il affirmé  dans un communiqué.

« Nous maintiendrons notre politique économique jusqu’à ce qu’on arrive à une baisse durable du taux d’inflation », a-t-il ajouté, affirmant que les réformes économiques mises en œuvre par le gouvernement  renforceront « nos bases structurelles ainsi que notre résilience face aux chocs éventuels. »

M. Agbal a été remplacé par Sahap Kavcioglu, un économiste et ancien député du parti au pouvoir, une nomination qui inquiète les investisseurs et jette le doute sur l’indépendance future de la banque centrale.

Le nouveau gouverneur s’est engagé dès dimanche à prendre les mesures nécessaires pour lutter contre l’inflation.

« La Banque centrale de Turquie va continuer d’utiliser tous ses instruments de politique monétaire avec efficacité afin d’atteindre son objectif: une baisse durable de l’inflation », a déclaré M. Kavcioglu dans un communiqué.

La hausse de l’inflation en Turquie ces dernières années, couplée à l’érosion de la livre turque, a entamé la popularité du président Erdogan.

En février, l’inflation s’élevait à 15,6% en rythme annuel.