Table-ronde: TBS Casablanca s’attaque à la problématique des ressources humaines au Maroc

1292
Crédit: DR

A l’occasion du lancement de son nouveau Master « Responsable Ressources Humaines », TBS Casablanca a organisé une table-ronde autour de la thématique: «Quelles ressources humaines pour un Maroc compétitif?». Compte-rendu.

Toulouse Business School (TBS) Casablanca a élargi son offre de formations avec le lancement récent du Master «Responsable Ressources Humaines» (RHH). A cette occasion, l’école a organisé le 27 septembre dernier une table-ronde autour de la thématique: «Quelles ressources humaines pour un Maroc compétitif?». La rencontre a vu la participation d’Essaid Bellal, administrateur du cabinet DIORH, Mohamed Bachiri, directeur général de la Somaca, Jean-Claude Merlane, directeur du Master RRH TBS Toulouse et Selma Sefrioui, directrice RH de Folly Fashion–Marwa.

Fruit d’un partenariat avec le cabinet DIORH, le Master RHH répond à un besoin réel du marché. Porté par les professeurs de TBS et les experts de DIORH, le nouveau master ambitionne de former des managers RH de pointe, capables d’élaborer la stratégie RH et de répondre aux aspects opérationnels du métier, a expliqué un responsable de TBS en ouverture de la table-ronde. Étalée sur 14 mois, la formation est divisée en 6 modules dispensés en 572 heures.

Le Master RHH est ainsi plus que jamais en phase avec l’évolution du marché. En effet, il est aujourd’hui impératif pour toute entreprise de respecter les fondamentaux de la fonction RH, notamment la conformité légale, réglementaire, fiscale et sociale, a insisté Jean-Claude Merlane. Et dans un contexte international multiculturel, la fonction RH prend un relief plus important, et évolue vers un rôle de consulting interne vis-à-vis du comité de direction et vis-à-vis des collaborateurs, a-t-il élaboré.

Pour Essaid Bellal, la notion de «ressources humaines» renvoie à des «personnes instruites et formées, qui aiment ce qu’elles font, partagent les valeurs de respect pour elles-mêmes, leurs collègues, leur travail et aiment leur pays». L’avènement du master RHH TBS Casablanca est donc une aubaine, car il s’attaque à la problématique de l’éducation que rencontre le «Maroc compétitif» d’aujourd’hui, en formant sur place des élites locales selon les standards internationaux.

Un diagnostic partagé par Selma Sefrioui, qui a rajouté que «toutes les entreprises ne disposent pas du cadre et des moyens nécessaires pour accompagner les ressources vers la maturité et l’autonomie». L’éducation et l’orientation demeurent les défis les plus importants des générations actuelles et futures.

Mohamed Bachiri a, quant à lui, insisté sur la dimension morale citoyenne de chacun vis-à-vis de son pays. Rejoignant les autres intervenants au sujet de la problématique de l’éducation et de l’orientation, il a souligné que dans le contexte professionnel, «les enjeux prennent une autre résonnance où entrent en ligne les attitudes et les comportements». Il faut donc trouver comment travailler collectivement dans l’intérêt de l’entreprise pour pouvoir assurer son emploi et pérenniser son avenir. Plus que jamais crucial, la fonction RH revêt agit dès lors une nouvelle dimension, celle de facilitateur.