BAM: points-clés des statistiques monétaires de novembre

75
BAM vue d'extérieur. Crédit photo : BAM

Voici les points-clés des statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre du mois de novembre 2020 :

1. L’agrégat M3 (masse monétaire) a enregistré, en glissement mensuel, une hausse de 0,4% à 1.447,4 milliards de dirhams (MMDH), reflétant principalement la progression de 1% des dépôts à vue auprès des banques. La monnaie fiduciaire et les comptes à terme ayant en revanche accusé un repli de 1%.

2. En glissement annuel, la croissance de l’agrégat M3 s’est accélérée à 7,7% en novembre après 7,3% en octobre. Cette évolution recouvre une progression de 10,6% après 9,8% des dépôts à vue auprès des banques, une décélération du rythme de progression de la circulation fiduciaire à 20,6% après 22,6% et une accentuation de la baisse des comptes à terme de 12% à 12,9%.

3. Les créances nettes sur l’Administration Centrale se sont accrues de 25,7% après 18,7%, tandis que le rythme des avoirs officiels de réserve a décéléré à 18,2% après 22,5%.

 

Lire aussi : Cours du dirham, réserves de devises, injections…les principaux indicateurs de BAM

 

4. La croissance du crédit bancaire s’est accélérée de 4,3% à 5,2% en glissement annuel, avec une progression des prêts au secteur non financier de 4,7% contre 4,9%. Cette dernière évolution traduit la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées de 6,9% à 6%, l’accélération de la progression des crédits aux ménages de 2,3% à 2,7% et de celle aux sociétés non financières publiques à 4,4% après 4%.

5. Par objet économique, l’évolution du crédit au secteur non financier recouvre une décélération de la croissance des facilités de trésorerie de 10,8% à 9%, une accentuation de la baisse des crédits à la consommation de 2,9% à 3,3%, une accélération de la progression des crédits à l’immobilier de 1,8% à 2,1% et une quasi-stagnation de la croissance des prêts à l’équipement à 1,5%.

6. Le rythme de progression annuelle des créances en souffrance s’est accéléré de 14,7% en novembre après 14,3% en octobre. Dans ces conditions, le taux des créances en souffrance s’est stabilisé à 8,5%.