Akhannouch prévoit 7 milliards de dirhams pour lutter contre les disparités dans le monde rural en 2018

871

Un budget de 6,85 milliards de dirhams (milliards de dirhams) sera consacré au programme de lutte contre les disparités sociales et territoriales dans le monde rural au titre de l’exercice 2018, a indiqué jeudi le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

3,39 milliards de dirhams de ce budget seront financés par le Fonds de développement rural et des zones montagneuses, dans l’objectif de garantir le désenclavement (74 %), le développement des infrastructures de l’éducation (11 %) et de la santé (4 %), ainsi que le raccordement aux réseaux de l’eau potable (8 %) et de l’électricité (3 %), a précisé Aziz Akhannouch qui présentait un exposé sur le projet de budget de son ministère au titre de l’année 2018, devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Pour ce qui est du programme de développement des zones oasiennes, de l’arganier, des zones montagneuses et d’autres activités en lien avec le domaine rural, le ministre a indiqué qu’un montant de 90 millions de dirhams sera dédié à la réalisation de nouveaux projets en partenariat avec les acteurs locaux.

Il a aussi promis le lancement et la poursuite de la réalisation de projets dans le cadre de la coopération internationale, avec une enveloppe d’environ 116 millions de dirhams, répartie entre le Fonds vert pour le climat (99 millions de dirhams) et le Fonds d’adaptation aux changements climatiques (17 millions de dirhams).

Booster l’activité agricole dans les régions rurales

Un budget de 45 millions de dirhams sera réservé à la poursuite de la réalisation du projet de développement rural des montagnes de l’Atlas, et ce, à travers la réalisation d’études techniques dudit projet et l’organisation et la sensibilisation des habitants bénéficiaires, ainsi que le lancement des travaux d’aménagements hydroagricoles et la plantation d’arbres fruitiers.

Par ailleurs, Akhannouch, qui a souligné l’importance de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, a indiqué qu’en 2018, l’accent sera mis sur le contrôle et l’utilisation de semences (2,3 millions de quintaux), le contrôle et l’utilisation de plants (40 millions unités), la vaccination et le traitement du cheptel (8 millions têtes), ainsi que le contrôle des viandes (400.000 tonnes) et des produits de la mer (550.000 tonnes).

2018, année des challenges agricoles

Selon le ministre, l’année 2018 sera également marquée par l’exécution du programme de lutte contre la mouche méditerranéenne des fruits, en renforçant l’encadrement et lançant la construction d’un centre de production de mâles stérilisés à Souss-Massa afin de respecter les lois de quarantaine agricole russe et américaine.

Il s’agit aussi de poursuivre les programmes de lutte contre la cochenille du cactus et contre le charançon rouge du palmier, l’opération d’identification et traçabilité des chameaux et vaches, y compris les nouvelles naissances (environ 1,1 million têtes), la mise en service du laboratoire national de contrôle et analyse de semences à Bouznika, outre le lancement des opérations d’exportation vers les pays de l’Union Européenne, de produits avicoles traités thermiquement. Les ressources du budget du département de l’agriculture pour 2018 ont augmenté de 8 % par rapport à l’année 2017, sous l’effet d’une hausse du budget de gestion (+1 %) et de celui de l’investissement (10 %).

Le budget d’investissement de ce département a atteint plus de 9,94 milliards de dirhams en 2018 contre 9,05 milliards de dirhams en 2017. Cette progression a concerné essentiellement les programmes d’irrigation et d’aménagement du domaine agricole (+20 %), de développement des filières de production agricole (+2 %), de la sécurité sanitaire (+28 %) et de l’éducation et la formation (+4 %).

S’agissant du département du Développement rural, Akhannouch a noté la hausse de son budget est imputable à l’augmentation du budget de gestion de 2 % et de l’investissement de 70 %.