Washington sanctionne les dirigeants de la société russe Kaspersky

Publié le
kaspersky

Washington a annoncé vendredi des sanctions économiques à l’encontre de 12 responsables de l’entreprise russe Kaspersky après avoir la veille interdit l’utilisation de son logiciel antivirus aux Etats-Unis, reprochant au géant de la cybersécurité une proximité avec Moscou, qu’il dément.

Ces sanctions sont une « réponse aux risques continus de sécurité informatique« , a indiqué le département du Trésor dans un communiqué.

Ces 12 dirigeants de l’entreprise, qui sont des responsables du développement, des ressources humaines ou encore de la communication, voient leurs avoirs aux Etats-Unis gelés, ainsi que ceux des entités qu’ils contrôlent directement ou indirectement. Tout commerce leur y est également interdit, selon ces sanctions prises par l’OFAC (Office of Foreign Assets Control) qui fait partie du Trésor.

Le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller, a souligné que « les produits et solutions de cybersécurité de Kaspersky offrent un large accès aux fichiers » sur les « ordinateurs sur lesquels le logiciel est installé ».

Or, a-t-il ajouté, « Kaspersky est soumis à la juridiction, au contrôle ou à la direction du gouvernement russe, qui pourrait exploiter cet accès privilégié pour obtenir des données sensibles, y compris des informations personnelles ou contourner les mesures de sécurité informatique ».

Le porte-parole a ainsi mis en garde contre le fait que cela pose « un risque inacceptable pour la sécurité intérieure des Etats-Unis ou (…) des Américains ».

Kaspersky est l’une des grandes références mondiales dans le milieu de la sécurité informatique.

Lire aussi. Cybersécurité: le renseignement américain se méfie de Kaspersky

Dans un communiqué transmis à l’AFP, la société a jugé la décision du Trésor « injustifiée et sans fondement ».

« Ni Kaspersky ni son équipe de direction n’ont de liens avec un gouvernement, et nous considérons les accusations de l’OFAC comme de pures spéculations, dépourvues de preuves concrètes quant à une menace posée à la sécurité nationale des Etats-Unis« , a affirmé le groupe.

« Indépendance »

Jeudi, le département du Commerce avait dit que l’entreprise russe ne serait plus autorisée à vendre ses logiciels aux Etats-Unis ou aux ressortissants américains ailleurs dans le monde, ni à fournir des mises à jour aux logiciels déjà utilisés.

Kaspersky sera néanmoins autorisé à mener certaines activités jusqu’au 29 septembre, afin de donner aux clients le temps de trouver une alternative.

Les Etats-Unis accusent l’entreprise d’être proche de Moscou, ce qu’elle nie farouchement, assurant avoir « démontré à de nombreuses reprises son indépendance de tout gouvernement » et affirmant que les Etats-Unis ont « ignoré ces preuves« .

Kaspersky a condamné dans un communiqué une décision « prise sur la base du climat géopolitique actuel et de craintes théoriques » qui « bénéficie à la cybercriminalité« . Elle se défend depuis des années de tels soupçons.

L’entreprise envisage également de contester la décision en justice.

Le Kremlin a de son côté dénoncé vendredi une « concurrence déloyale » de Washington. C’est « la technique préférée de concurrence déloyale de la part des Etats-Unis. Ils l’utilisent à chaque fois« , a fustigé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

« Kaspersky Lab est une entreprise très compétitive au niveau international qui, à bien des égards, dépasse ses concurrents », a-t-il dit.

« Menace »

Trois entités liées à Kaspersky avaient en outre été ajoutées jeudi à une liste noire de Washington « pour leur coopération avec les autorités militaires et du renseignement russes » dans le domaine du cyber-espionnage.

Ce n’est pas la première fois que Washington prend des mesures visant Kaspersky. Le logiciel avait été interdit au sein des agences fédérales en 2017.

En mars 2022, la Commission fédérale des communications des Etats-Unis avait ajouté les produits, solutions et services de sécurité fournis, directement ou indirectement, par Kaspersky, sur la « liste des équipements et services de communication qui constituent une menace pour la sécurité intérieure ».

En Europe, l’Allemagne avait recommandé, quelques semaines après l’invasion russe de l’Ukraine, d’éviter d’utiliser ses services. L’Italie avait ouvert une enquête.

Fin 2023, le gouvernement canadien avait décidé l’interdiction pour ses fonctionnaires d’utiliser des outils de Kaspersky sur leur téléphone professionnel.

L’entreprise avait annoncé fin 2020 avoir achevé le transfert des données de ses clients occidentaux dans son centre de données en Suisse.

Kaspersky a des bureaux dans 31 pays et des clients dans plus de 200 pays et territoires, selon le département américain du Commerce qui assure que le groupe fournit des produits et des services liés à la cybersécurité à plus 400 millions d’utilisateurs et 270.000 entreprises.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Washington sanctionne les dirigeants de la société russe Kaspersky

S'ABONNER
Partager
S'abonner