CAN. Walid Regragui: «Je n’aurais pas dû lui demander de me regarder dans les yeux»

Publié le
Walid Regragui
Walid Regragui ©Capture vidéo

Walid Regragui a saisi la conférence de presse d’avant match Maroc-Zambie pour mettre, en fois encore, les points sur les « i » au sujet des incidents ayant éclaté à l’issue du match Maroc-RD Congo. Il assure n’avoir jamais insulté Chancel Mbemba et compte défendre son image jusqu’au bout. 

Si le sélectionneur national, Walid Regragui, s’est dit, lui et son groupe, centré sur le dernier match du groupe F, prévu demain contre la Zambie, celui de la RD Congo a plané sur la conférence de presse d’aujourd’hui.

Interrogé par la presse marocaine au sujet des incidents ayant émaillés cette rencontre, Regragui y est revenu en long et en large, une fois encore. 

En effet, le coach marocain avait déjà livré sa version au journal L’Equipe. Mais il a tenu à répondre aux accusations de la fédération congolaise qui, rappelons-le, s’est rapidement rétractée : «on m’a accusé de racisme alors que je n’ai fait que serrer la main du joueur. Cette polémique a été un peu trop exagérée sur les réseaux durant 48 heures. (…) Dire que j’ai eu des propos racistes est honteux. Je défendrai mon image jusqu’au bout». 

Walid Regragui s’est dit choqué par ses accusations. Car il précise que lui a consacré toute sa vie à lutter contre ce genre de comportement. «J’ai reçu des messages racistes et des menaces de mort», a révélé le coach.

«Je n’ai jamais insulté le joueur. Je serre toujours la main après le match. Je n’aurais peut-être pas dû lui demander de me regarder dans les yeux…»

«Dorénavant, je pense que je ne dois saluer que les entraîneurs et me méfier des joueurs», a affirmé Regragui.  

«Nous respectons l’équipe de la RD Congo. C’est dommage ce qui s’est passé après le match. C’est honteux de m’accuser d’avoir proféré des mots racistes à l’endroit du joueur de la RDC, Chancel Mbemba», a-t-il martelé.

Aujourd’hui, il regrette la tournure des événements : «des échauffourées en fin d’un match de football, c’est tout à fait normal. Peut-être c’était dû à la tension, la chaleur ou l’envie de gagner», a-t-il commenté.

« Au Mondial, toute l’Afrique était derrière nous, mais en CAN, on parle de races et de couleurs ! C’est inacceptable », a-t-il déploré, assurant « n’avoir jamais insulté le joueur ».

Dans un communiqué, publié lundi soir, la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a déploré « sans être dans la logique de l’accusation » tous les actes anti-sportifs ayant suivi le match Maroc-RD Congo.

Dans une mise au point en réaction aux polémiques ayant suivi ce match, la FRMF a rappelé « les relations particulières et historiques entre le Royaume du Maroc et la République Démocratique du Congo ainsi que les liens fraternels entre les peuples des deux pays ».

La Fédération a également mis en avant « la coopération exceptionnelle entre la FRMF et la Fédération Congolaise (FECOFA) », notant que « le nombre des joueurs congolais évoluant au Maroc et les échanges footballistiques existant entre les deux fédérations en sont le véritable témoignage ».

Le Maroc affrontera la Zambie, mercredi (21h00 GMT+1) pour le compte de la troisième et dernière journée (groupe F) du premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

CAN. Walid Regragui: «Je n’aurais pas dû lui demander de me regarder dans les yeux»

S'ABONNER
Partager
S'abonner