Vidéo. Débat très houleux au PJD autour de Al Hoceima

74

De l’aveu même de Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti, le débat lors de la réunion du secrétariat général du PJD, jeudi soir, était très tendu. 

L’organisation du congrès extraordinaire du PJD et la question de Al Hoceima ont été au cœur de la réunion, jeudi soir, du secrétariat général du PJD. Et les échanges étaient très vifs de l’aveu même de Abdellah Benkirane, secrétaire général du parti.

Il faut dire que depuis quelques jours, la presse fait écho des divergences de points de vue entre les deux désormais fronts au sein du PJD, El Othmani Vs Benkirane.

Les partisans de ce dernier pointent la mauvaise gestion du gouvernement de Saad Eddine El Othmani de la crise au Rif. Ils lui reprochent notamment le manque de leadership et le manque «de contrôle de l’intervention des forces de l’ordre». Certains, notamment la députée Amina Maa El Ainine, ou encore le membre du secrétariat Abdessamad Idrissi, étaient allés même jusqu’à appeler à un retrait du PJD du gouvernement.

Ceci sans parler des inquiétudes que suscite l’enquête lancée par le gouvernement pour déterminer l’implication des responsables, y compris des membres de l’ancien gouvernement Benkirane, dans les retards pris dans le projet «Al Hoceima Manarat Al Moutawasit».

Benkirane nomme de nouveaux membres du secrétariat général 

Pour sa part, Slimane El Amrani, vice-secrétaire général a déclaré à l’issue de cette réunion qu’un soutien politique du parti au gouvernement est plus que jamais nécessaire dans les circonstances actuelles et pour l’intérêt du pays. Il a dans ce sens, démenti les informations d’un éventuel passage du PJD à l’opposition.

Selon la même source, cette réunion a été marquée par la nomination par Abdelilah Benkirane, secrétaire général, de quatre nouveaux membres du secrétariat général.

Il s’agit de Jamaa Mouatassim, ancien chef de cabinet de Benkirane, Mohamed Hamdaoui, le président du Mouvement Unité et réforme, Said Khairoun, ancien parlementaire, ancien parlementaire ainsi que Abdelaziz El Omari, maire de Casablanca et ancien ministre.

Cette initiative viserait à rééquilibrer la composition de cette instance qui était majoritairement dominée par le camp des ministres PJD du gouvernement Othmani. Elle intervient juste avant la tenue du congrès extraordinaire du PJD prévu avant la fin de l’année et durant lequel Benkirane cherche à briguer un troisième mandat de secrétaire général.