Naima Zitan: ne jugez pas "Dialy" avant d'avoir vu la pièce

à 11:15


"Comment appelle-t-on l'organe sexuel féminin en dialecte marocain?". Ainsi démarre Dialy, une pièce mise en scène par Naïma Zitan et qui a de nouveau été présentée au public le 8 février au Studios des Arts vivants à Casablanca. Rarement le théâtre a suscité autant d'intérêt (ou d'aversion). Dialy a fait couler beaucoup d'encre. Trois comédiennes sont sur scènes toutes vêtues de noir.  Elles parlent explicitement (à ou de) leur sexe comme pour parler de la dissonance de la société marocaine. Elles parlent d'éducation sexuelle, de viol, de nuit de noce, d'harceleurs, de machos, de la violence comme pour nous parler de nos propres contradictions. Cette pièce est le fruit de sept mois de résidence au théâtre de l'Aquarium à Rabat. La mise en scène n'est certes pas très bien ficelée et les répliques sont par moment lourdes, mais la pièce n'est pas mauvaise en soit. Elle vaut le détour. Naima Zitan et Maha Sano (l'auteur de la pièce) ont recueilli les témoignages de 150 femmes, jeunes et âgés, et de différentes classes sociales.