Cette femme a décidé de vivre «sans frigo» depuis un an

2455
Marie Cochard

Marie Cochard, mère de deux enfants de 4 et 7 ans, affirme qu’elle mange mieux et que cela lui coûte moins cher. L’auteur de «Notre aventure sans frigo ou presque» nous livre quelques astuces.

En 2017, se passer d’un réfrigérateur est perçu comme un retour à l’âge de glace ! Depuis l’apparition du premier frigidaire, nom déposé par General Motors en 1918, cet appareil électroménager n’a cessé de séduire les Français et il est aujourd’hui présent dans 99 % des foyers. À rebours de cette évolution, Marie Cochard, mère de deux enfants de 4 et 7 ans, a décidé de le débrancher, pas uniquement pour faire des économies d’énergie.

«Au départ, les gens étaient surpris de notre décision et se demandaient comment nous pourrions vivre sans réfrigérateur !», confie l’auteur de «Notre aventure sans frigo ou presque» aux éditions Eyrolles. Plusieurs éléments ont poussé la famille à faire ce choix depuis plus d’un an. «Nous ne voulions plus consommer des produits transformés et la plupart des produits bruts n’ont pas besoin d’être conservés dans le froid», déclare celle qui par ailleurs fait la chasse au gaspillage alimentaire. Se priver de réfrigérateur est aussi un moyen pour la famille de privilégier les produits frais achetés en circuit court et soutenir les petits producteurs. Ainsi, Marie Cochard explique son mode de vie : «Je fais mes courses une fois par semaine, j’achète alors de la viande ou du poisson que nous consommons dans la journée, puis nous consommons occasionnellement de la charcuterie». Pour les produits laitiers, la journaliste spécialisée dans l’écologie privilégie les laits végétaux et achète ses fromages directement auprès des fromagers. Quant au beurre, elle utilise un beurrier breton, ou beurrier à eau. Le beurre est ainsi entreposé dans un pot en céramique qui repose dans une soucoupe remplie d’eau.

La mère de famille basée en Gironde livre en outre ses astuces pour mieux conserver ses aliments, sans frigo. «Les produits peuvent être conservés par le sucre, l’huile, le vinaigre ou le sel. Par exemple, la confiture n’a pas besoin d’être conservée au réfrigérateur tout comme le thym et les œufs qui deviennent même poreux au contact de l’humidité». Elle indique que les carottes et tous les tubercules se conservent mieux dans le sable et souligne que certains fruits, comme la pomme, ont tendance à accélérer le vieillissement d’autres fruits. De même, elle recommande de laver les légumes au dernier moment et de les laisser recouverts «d’une pellicule de terre, car cela retarde d’autant leur maturation. Ces moyens de conservation décuplent les apports nutritionnels des aliments», souligne Marie Cochard qui a constaté un regain d’énergie et de forme de toute la famille depuis que le frigo a disparu de chez eux. «On ne jette plus rien, on s’alimente mieux, directement auprès des producteurs et ça nous coûte moins cher, notamment car nous ne consommons que l’essentiel et faisons tout nous-mêmes», confie la mère de famille.