Ukraine: Zelensky se rend sur le front, près de Bakhmout

Publié le
Zelensky se rend sur le front, près de Bakhmout
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a remis des médailles à des militaires ukrainiens lors de sa visite à Bakhmout, que l’armée russe tente en vain de conquérir depuis des mois. © Service de presse de la Présidence ukrainienne.

Le président Volodymyr Zelensky s’est rendu mercredi sur le front dans l’Est près de Bakhmout, ville devenue symbole de la résistance ukrainienne, tandis qu’une frappe russe sur un immeuble d’habitation a fait une trentaine de blessées et un mort à Zaporijjia.

L’armée russe a de son côté affirmé avoir « repoussé » une attaque de drones en Crimée annexée, quelques jours après une très rare visite du président russe Vladimir Poutine sur place.

« Région de Donetsk. Positions de première ligne des militaires ukrainiens en direction de Bakhmout », a annoncé Volodymyr Zelensky sur Telegram en publiant une vidéo de son déplacement mercredi dans les environs de cette ville, « presque encerclée » par les forces russes selon un responsable des séparatistes prorusses.

Sa visite près de Bakhmout, épicentre des combats face aux Russes, intervient quelques heures après le départ de Moscou du président chinois Xi Jinping, à l’issue d’un sommet avec Vladimir Poutine où ils ont affiché leur union face aux Occidentaux.

Volodymyr Zelensky effectuait ainsi sa deuxième visite dans la zone de Bakhmout, la première datant du 20 décembre, juste avant d’effectuer un déplacement historique aux Etats-Unis.

Sur les images, on le voit dans un hangar sans équipements de protection mais accompagné de gardes de corps lourdement armés remettre des décorations à des soldats en tenue de combat.

« Je suis honoré de décorer les meilleurs de nos héros, de vous serrer la main et remercier pour la défense de notre Etat et de la souveraineté », leur a-t-il déclaré.

« Frappes criminelles », accuse Zelensky

Plus tôt mercredi, la Russie avait lancé 21 drones de combat de fabrication iranienne Shahed-136/131 contre l’Ukraine, une opération qui a commencé peu avant minuit, a déclaré l’armée de l’air ukrainienne, assurant en avoir abattu 16.

Outre l’envoi de ces « drones meurtriers iraniens », les Russes ont tiré des missiles, il y a eu de « nombreux bombardements ». « Tout cela, c’est juste la dernière nuit de terreur russe », a dénoncé M. Zelensky, condamnant des « frappes criminelles ».

Sept personnes ont péri et neuf autres ont été blessées quand un lycée professionnel de Rjychtchiv, une localité à environ 80 kilomètres au sud de Kiev, a été touché dans la nuit de mardi à mercredi au cours d’un raid de drones, selon Andriï Nebytov, le chef de la police de la région de Kiev.

Dans une autre frappe, au moins une personne a été tuée et ont été 32 blessées, dont trois enfants, selon les secours, lorsque « deux missiles russes » se sont abattus sur un immeuble d’habitation à Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, d’après les autorités locales.

Volodymyr Zelensky a aussitôt accusé la Russie de « bombarder la ville avec une sauvagerie bestiale ».

La Russie a pour sa part assuré avoir « repoussé » mercredi une attaque de drones sur Sébastopol, le port d’attache de la Flotte russe de la mer Noire, dans le sud de la Crimée, quatre jours après une rare visite sur place de Vladimir Poutine.

« Les trois appareils ont été détruits », a assuré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

Il n’y a eu aucune victime et « la situation est sous contrôle », a précisé le gouverneur local Mikhaïl Razvojaïev, installé par les Russes.

Depuis le début de l’offensive contre l’Ukraine, la Crimée, annexée par Moscou en 2014, a plusieurs fois été la cible de drones de combat, sans que Kiev ne revendique les attaques.

Xi Jinping a quitté Moscou

Xi Jinping est quant à lui reparti dans la matinée de Russie où il a affiché son entente avec Vladimir Poutine face à l’Occident.

Les deux hommes avaient loué, la veille, l’entrée dans une « nouvelle ère » de leur relation « spéciale », le président russe appuyant prudemment le plan chinois destiné à régler le conflit en Ukraine, tout en accusant Kiev de le rejeter.

En l’absence de percée sur cette question, leur sommet a avant tout eu pour objectif de démontrer la solidité des liens unissant la Russie à la Chine.

Le Kremlin a dit mercredi ne pas être surpris des commentaires critiques venant de l’Occident.

« En ce qui concerne la réaction des pays de l’Occident collectif, le fait que leur réaction sur tous les sujets était de nature inamicale et hostile n’est une nouvelle pour personne », a raillé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Dans ce contexte, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a jugé que la fourniture par Londres à l’Ukraine de munitions contenant de l’uranium appauvri, récemment évoquée par une responsable britannique, constituerait une « aggravation sérieuse » du conflit.

Vladimir Poutine avait averti mardi que la Russie serait « contrainte de répliquer » si une telle livraison avait lieu, sans fournir plus de précisions.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Ukraine: Zelensky se rend sur le front, près de Bakhmout

S'ABONNER
Partager
S'abonner