Tags Ghosn

Tag: Ghosn

Après l’Etat français, Renault tourne officiellement la page Ghosn

Renault s'est officiellement mis en quête d'un successeur à Carlos Ghosn jeudi, au lendemain d'un appel de l'Etat français pour une nouvelle gouvernance, le PDG du constructeur français restant incarcéré au Japon probablement pour de longs mois.

Renault: l’Etat français lâche Carlos Ghosn et cherche son successeur

L'Etat français a officiellement lâché le PDG de Renault Carlos Ghosn mercredi, deux mois après son arrestation, et demandé la nomination d'un successeur dans les prochains jours pour prendre la tête du constructeur automobile. Détenu au Japon depuis le 19 novembre, Carlos Ghosn va ainsi perdre son dernier titre, celui de PDG de Renault, Nissan et Mitsubishi l'ayant révoqué du poste de président du conseil d'administration dès la fin novembre. "J'ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d'innocence de Carlos Ghosn, que s'il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes", a déclaré le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, sur LCI. "Dans cette nouvelle étape, nous avons besoin maintenant d'une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault", a-t-il ajouté. "J'ai demandé explicitement, comme actionnaire de référence, que le conseil d'administration de Renault soit convoqué dans les prochains jours", a-t-il aussi indiqué. "Nous souhaitons que ce conseil d'administration désigne une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault", a souligné M. Le Maire. Alors qu'on lui demandait si cela signifiait que M. Ghosn allait être remplacé, il a répondu: "Tout à fait". Le ministre n'a pas précisé si le nouveau PDG prendrait aussi la tête de l'alliance avec les japonais Nissan et Mitsubishi: "Ce sera au conseil d'administration de lui dire exactement les contours de ses fonctions". Interrogé sur l'éventuelle candidature de Jean-Dominique Sénard, le président sortant de Michelin dont le nom circule comme possible président non exécutif de Renault, M. Le Maire en a loué les qualités sans se prononcer pour autant. "C'est un grand industriel, un homme qui a une conception sociale de l'entreprise et qui l'a démontré à plusieurs reprises", a-t-il déclaré, soulignant qu'il était aussi "un spécialiste du secteur automobile". Il a toutefois souligné que "l'Etat se prononcera sur la base des candidats qui lui seront soumis comme actionnaire de référence". Scénario le plus souvent évoqué, la direction de Renault pourrait être scindée en deux, avec un président du conseil d'administration d'un côté et un directeur général exécutif de l'autre, le nom de Thierry Bolloré, nommé il y a un an adjoint de Carlos Ghosn, revenant le plus souvent pour ce dernier poste. - Emissaires français à Tokyo - Au moment où les tensions affleurent entre Français et Japonais, le ministre a en revanche rejeté clairement une redistribution des participations au sein de l'Alliance, qui est devenue sous la direction de M. Ghosn le premier constructeur mondial. "Nous souhaitons la pérennité de l'alliance. La question des participations au sein de l'alliance n'est pas sur la table", a-t-il assuré. L'Etat français est le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% du capital. Nissan en détient 15%, mais sans droits de vote en assemblée générale. Renault contrôle pour sa part 43% de Nissan, qu'il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans. Nissan possède par ailleurs 34% de Mitsubishi Motors, dernier venu dans l'alliance née en 1999. Dans ce contexte chahuté, plusieurs émissaires du gouvernement français dépêchés à Tokyo se sont entretenus mercredi avec des protagonistes du dossier Renault-Nissan. Participent notamment à ce voyage Martin Vial, directeur général de l'Agence des participations de l'État (APE), et Emmanuel Moulin, directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances, selon Le Figaro. Le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, devait les rencontrer, a précisé à l'AFP une source proche du constructeur japonais. Carlos Ghosn, mis en examen notamment pour abus de confiance, a vu sa demande de libération sous caution de nouveau rejetée mardi et pourrait rester des mois en prison, ce qui rendait difficile son maintien à la tête de Renault dont il est toujours PDG. Parmi les dernières accusations de Nissan, le PDG de l'Alliance aurait reçu une rémunération de plus de 7 millions d'euros en 2018 de la part d'une filiale néerlandaise détenue à égalité par Nissan et Mitsubishi (NMBV), sans approbation des patrons de Nissan (M. Saikawa) et Mitsubishi (Osamu Masuko), a détaillé une source proche du dossier. bur-arz/im/ef/cam © Agence France-Presse

Le tribunal rejette la demande de libération sous caution de Carlos...

Le tribunal de Tokyo a rejeté mardi la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn, nouvelle tentative infructueuse des avocats du PDG de Renault détenu au Japon pour des malversations financières présumées.

Ghosn frappé par deux nouvelles inculpations, ses avocats demandent sa libération

L'avenir judiciaire de Carlos Ghosn s'est encore assombri vendredi: le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan a fait l'objet de deux nouvelles inculpations par la justice japonaise, mais ses avocats ont aussitôt déposé une demande de libération sous caution.

Ghosn: le tribunal rejette une demande de fin de détention

Le tribunal de Tokyo a rejeté mercredi sans surprise une demande de fin de détention du PDG de Renault, Carlos Ghosn, au lendemain de sa première comparution devant la justice.

La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée jusqu'au 11 janvier

Un tribunal de Tokyo a décidé lundi de prolonger de nouveau de 10 jours, jusqu'au 11 janvier, la garde à vue du PDG de Renault, Carlos Ghosn, sur des soupçons d'abus de confiance.

Le parquet de Tokyo examine les liens entre Carlos Ghosn et...

L'ancien patron de Nissan aurait utilisé les fonds de l'entreprise pour rembourser un homme d'affaires saoudien qui l'aurait précédemment aidé à sortir de difficultés financières. Il aurait procédé à quatre paiements à hauteur 14,7 millions de dollars.

Japon: le tribunal autorise la libération sous caution du bras droit...

Le tribunal de Tokyo a accepté mardi la libération sous caution de l'Américain Greg Kelly, arrêté le 19 novembre en même temps que l'ex-PDG de Nissan Carlos Ghosn, qui reste lui en garde à vue jusqu'au 1er janvier au moins.

Nissan essaie de choisir un successeur à Ghosn, sous pression de...

Le groupe automobile japonais Nissan réunit lundi son conseil d'administration pour, officiellement, nommer un remplaçant à son président déchu Carlos Ghosn, mais la tâche s'annonce difficile alors que son principal actionnaire, Renault, accentue la pression.

Carlos Ghosn, inculpé au Japon, reste en prison

Trois semaines après son arrestation surprise à Tokyo, Carlos Ghosn a été inculpé lundi pour dissimulation de revenus sur cinq ans, tandis que sa garde à vue était prolongée sur de nouvelles charges.

508,329FansJ'aime
20,999SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
Casablanca
partiellement nuageux
19.4 ° C
20.6 °
17.8 °
42 %
12.3kmh
40 %
lun
14 °
mar
15 °
mer
20 °
jeu
20 °
ven
20 °