Tags élections

Tag: élections

Algérie: début d’un scrutin contesté pour élire un successeur à Bouteflika

Après pratiquement dix mois d'une contestation populaire massive et inédite ayant emporté le président Abdelaziz Bouteflika, les Algériens votent jeudi pour élire son successeur...

Israël en route pour de nouvelles élections en mars, les troisièmes...

Les députés israéliens ont donné leur accord préliminaire mercredi à la convocation de nouvelles élections début mars, les troisièmes en moins d'un an, qui s'annoncent comme un nouveau duel entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, désormais inculpé pour corruption, et son rival Benny Gantz.

Vidéo. Foule exceptionnelle à Alger pour le dernier vendredi avant la...

Une foule d'une ampleur exceptionnelle manifeste à Alger à l'occasion du dernier vendredi avant l'élection présidentielle, massivement rejetée par les Algériens, a constaté une journaliste de l'AFP.

Hong Kong: victoire écrasante des pro-démocratie dans les urnes

Les candidats pro-démocratie se dirigeaient lundi vers une victoire écrasante aux élections locales à Hong Kong, envoyant un message sans ambiguïté à Pékin sur...

Présidentielle à Bissau: échauffourées et accusations de fraudes

Les Bissau-guinéens ont voté dimanche pour élire leur nouveau président et espérer tourner la page de l'instabilité chronique dans ce pays d'Afrique de l'Ouest,...

Vidéo. Campagne électorale: nouvelle manifestation nocturne à Alger

Quelques centaines d'Algériens sont descendus jeudi soir dans la rue à Alger pour refuser la tenue de la présidentielle du 12 décembre, malgré les arrestations la veille lors d'une manifestation similaire et l'inculpation de 29 manifestants, selon des journalistes de l'AFP.

Algérie: Gaïd Salah se réjouit de « l’élan populaire » pour la présidentielle

Le chef d'état-major de l'armée Ahmed Gaïd Salah, homme fort de facto de l'Algérie, s'est réjoui mardi de "l'élan populaire" suscité par la présidentielle du 12 décembre, dont tout indique pourtant qu'elle est massivement rejetée par la population...

Akhannouch lance à Demnate la campagne « 100 jours pour 100 villes »...

Le président du Rassemblement national des Indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, a procédé, samedi à Demnate, au lancement de la campagne de mobilisation "100 jours pour 100 villes".

Irak: le président promet des élections, le Premier ministre prêt à...

Le président irakien Barham Saleh a promis jeudi des élections anticipées après le vote d'une nouvelle loi électorale et affirmé que le Premier ministre conspué dans la rue serait prêt à démissionner si un remplaçant lui est trouvé.

Canada: deuxième mandat, mais sans majorité, pour Justin Trudeau

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a obtenu un deuxième mandat lundi mais son parti libéral s'est contenté d'une majorité relative au Parlement, ce qui l'obligera à compter sur l'appui d'un petit parti de gauche pour survivre. Selon les projections des télévisions vers 06h00 GMT mardi, les libéraux avaient remporté ou étaient en tête dans 156 des 338 sièges en lice à la Chambre des communes. Dans l'assemblée sortante, ils disposaient d'une confortable majorité absolue de 177 sièges. "Vous l'avez fait mes amis, félicitations", a lancé un Justin Trudeau tout sourire à ses partisans réunis au centre de Montréal. "Ce soir les Canadiens ont rejeté la division", a-t-il ajouté. Ils "ont rejeté les coupes et l'austérité et voté en faveur d'un programme progressiste et d'une action forte contre le changement climatique". Quasiment au même moment, son rival malheureux, le chef conservateur Andrew Scheer reconnaissait sa défaite et félicitait le Premier ministre, tout en lui adressant une mise en garde. "Son leadership est endommagé et son temps au gouvernement va bientôt prendre fin", a-t-il prévenu."Quand ce moment viendra les conservateurs seront prêts". Les gouvernements minoritaires au Canada ont une espérance de vie estimée par les experts entre 18 et 24 mois en moyenne. Sans attendre les résultats définitifs, le président américain Donald Trump a quant à lui salué dans un tweet la victoire de M. Trudeau, "magnifique et remportée de haute lutte". Il s'est dit heureux de poursuivre sa collaboration avec M. Trudeau, avec lequel il a eu des relations parfois compliquées depuis le G7 de 2018 au Canada. Alors qu'ils étaient donnés au coude-à-coude avec les libéraux par tous les sondages, les conservateurs devraient se contenter d'un peu plus de 120 circonscriptions, suivis des indépendantistes du Bloc québécois (32) et du Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche) avec 24 sièges. Tous les dirigeants des grands partis ont été réélus. M. Trudeau remporte donc son pari d'un deuxième mandat, malgré les nombreux scandales qui ont marqué ses quatre années au pouvoir et les attaques souvent virulentes de l'opposition sur son bilan. Mais il ressort affaibli de ce scrutin pour se maintenir au pouvoir, il devra obtenir le soutien d'un petit parti, vraisemblablement le NPD de Jagmeet Singh. Dès mardi, le dirigeant libéral pourrait donc entamer de délicates discussions en vue d'accords ponctuels lors des votes à la Chambre. "Il y aura sans doute un rapprochement plus facile entre les libéraux et le NPD qu'avec le Bloc", estime Hugo Cyr, politique à l'université du Québec à Montréal. "Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, ça peut être assez solide, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois", estime-t-il. "Mais c'est certain que le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin". Il devra ensuite former un nouveau gouvernement, rédiger son programme législatif puis le soumettre au vote du nouveau Parlement lors du discours du Trône. C'est lors de ce vote de confiance que le nouveau gouvernement minoritaire connaîtra son baptême du feu. - Atouts de la jeunesse - De son côté, le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet s'est félicité de son bon score au Québec, seule province où il présentait des candidats. Il devrait quasiment y tripler son score de 2015 et faire jeu égal avec les libéraux. M. Blanchet s'est dit ouvert à une collaboration ponctuelle avec le nouveau gouvernement Trudeau, à condition que les intérêts du Québec soient préservés. "Le Bloc peut collaborer, au mérite, avec n'importe quel gouvernement. Si ce qui est proposé est bon pour le Québec, vous pourrez compter sur nous", a-t-il lancé à ses militants. A 47 ans, Justin Trudeau n'a plus les atouts de la jeunesse -MM. Scheer et Singh ont 40 ans- et de la nouveauté qui avaient contribué à le porter au pouvoir, à la surprise générale, en 2015 face au conservateur Stephen Harper. - Image brouillée - Et le dirigeant libéral termine son premier mandat affaibli par plusieurs scandales. Sa popularité a chuté après une affaire d'ingérence politique dans une procédure judiciaire et la publication en pleine campagne de photos de lui grimé en Noir ("blackface") a brouillé son image. Tout au long de la campagne, il a défendu son bilan: économie solide, cannabis légalisé, taxe carbone, accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens, accords de libre-échange signés avec l'Europe ou les Etats-Unis et le Mexique... En face, M. Scheer promettait un retour à l'équilibre budgétaire, des baisses d'impôts, avec un objectif simple: "remettre de l'argent dans la poche des Canadiens". Le conservateur aux valeurs catholiques assumées a tenté de compenser une image un peu terne par des attaques en règle contre M. Trudeau. Mais il n'a pas échappé à son lot de polémiques: hostilité personnelle à l'avortement et soupçons d'avoir commandité une campagne de dénigrement de son rival de la droite conservatrice Maxime Bernier notamment. et-jl/ps/lch © Agence France-Presse Ajouter au panier Imprimer Télécharger Partager ce document Copier le contenu
508,387FansJ'aime
20,997SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
Casablanca
nuageux
15.9 ° C
16.1 °
15.6 °
77 %
4.1kmh
75 %
jeu
16 °
ven
19 °
sam
19 °
dim
19 °
lun
15 °