Valeur des effectifs: le PSG ne fait (vraiment) pas le poids face au Barça

à 9:45

Ce mardi soir sur la pelouse du Parc des Princes s'affronteront deux des meilleures écuries européennes. Retour sur la valeur marchande des effectifs.

Si la confrontation entre le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain comptant pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions se jouait sur le terrain monétaire, il n'y aurait pas photo. A en croire une estimation du site de référence Transfertmarkt, la valeur de l'effectif catalan s'élèverait approximativement à 850 millions d'euros, soit environ deux fois celle de l'équipe parisienne (440 millions d'euros): le gouffre est saisissant. A titre complémentaire, d'autres critères ont été saisis pour légitimer l'étude: l'expérience au plus haut niveau, le nombre de matchs disputés ou encore le statut international des différents joueurs.
 

Des joueurs formés au club ou à forte valeur ajoutée
 
C'est un secret pour personne, l'Institution catalane est passée maître en matière de formation: la Masia en constitue le révélateur absolu. Que l'on évoque Andrés Iniesta (30 M), Gerard Piqué (40 M), Sergio Busquets (50 M) ou Lionel Messi (clause libératoire de 250 M), tous ont connu, durant leur carrière, une très forte évolution positive de leur valeur marchande.
 
Toujours soucieux de se renforcer, le Barça n'hésite pas non plus à investir dans de véritables pépites du football actuel. Luis Suarez, recruté de Liverpool pour quelque 80 millions, vaudrait aujourd'hui 120 millions. Plus poignant, le joueur brésilien Neymar, considéré par de nombreux observateurs comme le présent et le futur du gratin mondial, a été acheté à Santos environ 80 millions. Avec la renégociation récente de son contrat, tout club devrait s'acquitter d'une somme avoisinant les 200 millions d'euros, soit le prix de sa clause libératoire. Vertigineux.
 

Enfin, les dirigeants blaugrana n'oublient pas d'assurer leurs arrières en achetant de jeunes joueurs au potentiel certain. Les cas de Samuel Umtiti (30 M), d'Ivan Rakitic (45 M), de Jordi Alba (40M) ou encore d'André Gomes (30 M) sont éloquents et témoignent de cette politique sportive tournée vers l'avenir. A titre de précision, la grande majorité de ces joueurs dispose de contrats se terminant en moyenne en 2020 ce qui implique des dépenses conséquentes pour d'éventuels clubs acheteurs.
 
Le PSG moins efficace pour accroître la valeur de ses joueurs
 
La stratégie du club parisien s'inscrit dans la même logique, avec globalement une réussite moindre. A titre illustratif, les recrutements de Marquinhos (50 M) et Verratti (80 M) traduisent la politique sportive parisienne: acheter de «jeunes» footballeurs, les faire progresser sensiblement et par causalité, accroître leur valeur marchande sans avoir la volonté de s'en séparer. Edinson Cavani, l'actuel meilleur buteur européen toutes compétitions confondues (avec 33 buts), acheté 60 millions à Naples vaudrait aujourd'hui 80 millions. Néanmoins, cela reste la principale (seule) plus-value digne de ce nom.
 
Ainsi, Lucas (40 M), Angel Di Maria (40 M) ou Javier Pastore (20 M) ont conservé leur valeur pour le premier, et vu leur crédit baisser pour les deux autres. Seul le cas du défenseur Thiago Silva est atypique. Acheté 42 millions au Milan AC en 2012, il faudrait s'acquitter «seulement» de 15 millions pour l'arracher au PSG, paradoxal au vu de ses très bonnes prestations et de sa réputation (l'un des meilleurs défenseurs au monde) mais logique compte tenu de son âge relativement avancé pour un footballeur (32 ans).
 
Enfin, le club réalise des plus-values sur certains joueurs tels que Thomas Meunier (25 M), Adrien Rabiot (40 M), Kévin Trapp (20 M), Alphonse Areola (20 M) ou Presnel Kimpembe (environ 15 M) mais cela reste mineur par rapport à celles réalisées par l'ogre catalan.
 
Ce comparatif ne fait aucun doute: l'effectif barcelonais est intrinsèquement bien mieux valorisé que celui du PSG. Néanmoins, est-ce si anormal et déconcertant? Pas forcément. Le club catalan a fondé sa politique sportive sur un excellent centre de formation capable de produire les meilleurs footballeurs de la planète. Très puissant financièrement, le PSG n'a pas encore l'aura de l'Institution barcelonaise dont une très grande majorité de joueurs au monde rêverait de porter les couleurs. Cependant, seule la réalité du terrain décidera de l'issue de la double confrontation, réponse ce soir au Parc pour le 1er acte qui s'avère palpitant.