Mondial 2026: pour USA Today, le Maroc risque de l'emporter

5700
Crédit: DR

«Le dossier nord-américain partait comme le favori incontesté depuis son lancement en avril, mais il est depuis quelque temps en perte de vitesse», craint le célèbre quotidien américain.
Après ESPN, le New York Times, ou encore le Chicago Tribune, c’est au tour d’USA Today de rejoindre le cercle grandissant des géants médiatiques américains qui croient de moins en moins aux chances de la candidature nord-américaine de remporter l’organisation du Mondial 2026. Dans sa confrontation avec le Maroc, «le dossier trinational partait comme le favori incontesté depuis son lancement en avril [2017], mais il est depuis quelque temps en perte de vitesse», craint le média américain dans un article paru lundi 19 mars.
Un responsable d’une fédération nationale qui participera au vote de la FIFA, le 13 juin prochain à Moscou, a confié à USA Today que la candidature du trio USA-Mexique-Canada souffre du fait de la répartition inégale des matches entre les trois pays: 60 pour les États-Unis et 20 pour le Mexique et le Canada. En contrepartie, le Maroc a été «malin» et «a une réponse à tout», cite USA Today.
Sous le sceau de l’anonymat, un responsable d’une fédération nationale qui participera au vote de la FIFA, le 13 juin prochain à Moscou, a confié à USA Today que la candidature du trio USA-Mexique-Canada souffre du fait de la répartition inégale des matches entre les trois pays: 60 pour les États-Unis et 20 pour le Mexique et le Canada. En contrepartie, le Maroc a été «malin», et «a une réponse à tout», cite USA Today.
Et le média d’évoquer d’autres menaces aux chances nord-américaines, évoquées à travers le monde, telles que la «présidence controversée de Donald Trump», le «taux élevé de la violence armée aux USA», la «lutte acharnée des autorités américaines contre la corruption à la FIFA», le «fait que le pays a organisé la « récente » Coupe du monde 1994» et «nombre de facteurs logistiques».
Le Maroc a la réponse à chaque atout de la candidature nord-américaine
Par ailleurs, USA Today compare certains atouts des deux candidatures. A commencer par le fait que diviser le tournoi en trois pays est une bonne idée qui touchera une vaste zone. «Néanmoins, la candidature marocaine implique qu’une telle configuration est trop compliquée et inconvenante pour les fans», proposant un tournoi basé seulement au Maroc, où l’on pourra voyager par le train ou via des vols régionaux courts.
De plus, si les États-Unis, en particulier, disposent de plusieurs grandes villes avec des stades géants pour accueillir la grand-messe mondiale du ballon rond, le Maroc «a choisi des villes touristiques regorgeant d’histoire et de beauté naturelle, et met en avant un attrait plus esthétique et culturel».
Un troisième élément de comparaison déterminant est la zone horaire. «Le Maroc exploite également le fait qu’il se trouve dans la même zone horaire que l’Europe de l’Ouest et l’Afrique, qui représentent à elles deux une énorme portion du public mondial du football et seront représentées par au moins 25 équipes dans la compétition (qui en comptera 48)», souligne USA Today.
En conclusion, USA Today remarque que globalement, la candidature nord-américaine est clairement plus solide, «mais cela ne veut pas toujours dire grand-chose dans le monde bizarre et farfelu de la FIFA».