Mondial 2026: la circulation des armes à feu, point faible de la candidature américaine?

1207
Crédit: DR.

Le « Bid Book » du Maroc pour le mondial 2026 met l’accent sur la sécurité et la faible circulation des armes dans le pays. Un argument de poids.
La Fifa vient de dévoiler sur son site web les très attendus «bid books» (livres de candidature) du Maroc et du trio USA/Mexique/Canada pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2026. Chaque dossier présente les points forts de son ou ses pays pour accueillir la première édition à 48 participants de la grand-messe mondiale du sport roi.
Une Coupe du monde «sécurisée et festive»
Parmi ses atouts les plus importants, le Maroc promet d’organiser une Coupe du monde «sécurisée et festive», mettant en avant sa désignation comme «l’un des pays les plus sûrs du monde». Le royaume en veut pour preuve des faibles taux de criminalités et son excellente réputation en matière de lutte antiterroriste.
Le Maroc cite également une étude de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) indiquant des taux de meurtres exceptionnellement bas (3/1000.000), grâce à une «très faible circulation des armes». Ce qui place le pays parmi les meilleurs en la matière, au même niveau que le Danemark et le Japon. Et un autre argument de poids: «Aucune des villes hôtes proposées n’a connu d’incident majeur au cours des cinq dernières années».
L’argument de la faible circulation des armes au Maroc n’est pas passé inaperçue au pays de l’Oncle Sam, où de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer des lois plus strictes concernant les armes à feu, après la fusillade qui a récemment fait 17 morts dans une école en Floride. On ne parle même pas du Mexique.

Quant à la candidature nord-américaine, elle revendique la position de proposition la moins risquée pour la Fifa, puisqu’aucune nouvelle infrastructure n’a besoin d’être construite pour accueillir le Mondial; tout est déjà en place. Il est vrai que le dossier marocain se base sur des stades et des terrains d’entraînement qui ne restent encore que des projets.