La violence dans les stades, un phénomène complexe qui requiert une approche globale

DR.

La recrudescence du hooliganisme dans les stades marocains inquiète de plus en plus et exige la mise en place d’une approche globale de la part des intervenants dans la chose sportive visant à apporter des solutions claires à phénomène.

Ces actes de violence se poursuivent en dehors des tribunes des stades, laissant apparaitre une image négative du football dénuée de tout esprit sportif et qui se manifeste principalement dans la destruction des installations sportives, ainsi que la mise en danger des supporters et des forces de l’ordre qui veillent à garantir la sécurité.

Suite aux événements ayant entaché la rencontre opposant mercredi l’AS FAR et le Raja de Casablanca au complexe sportif Prince Moulay Abdellah, plusieurs interrogations s’imposent quant à l’efficacité de l’approche adoptée pour éviter les actes de violence dans les stades.

 

Lire aussi: Botola: l’AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huit clos

Compte tenu de l’ampleur alarmante du hooliganisme, le Maroc a lancé des campagnes auprès des supporters pour les sensibiliser à la gravité de ce phénomène et à ses répercussions et a adopté une approche de sécurité proactive, en créant une brigade spéciale chargée d’assurer la sécurité dans les événements sportifs et en s’appuyant sur une stratégie visant à accompagner les fans des clubs lors de leurs déplacements dans les différentes villes, afin d’éviter les collisions avec les fans des équipes hôtes.

Il a été également procédé à l’enrichissement des dispositions de la loi n° 09-09 complétant les dispositions du Code pénal en ce qui concerne la violence commise lors ou à l’occasion des compétitions ou des manifestations sportives, notamment à travers les articles 308-5 et 308-19 visant à veiller à ce que la loi soit appliquée avec rigueur à l’égard des personnes impliquées dans ces actes.

Quels sont les facteurs favorisant le développement du phénomène de hooliganisme et les mesures prises par les autorités sont-elles efficaces pour faire face à ce fléau ?

Pour le chercheur en politiques sportives, Moncef El Yazghi, la crise que connaissent la famille et l’école participe du développement du hooliganisme, en l’absence d’une approche globale visant à mettre fin à ces actes de violence.

Dans une déclaration à la MAP, M. El Yazghi a également souligné la nécessité de renforcer la coopération et la coordination entre les différents acteurs et les départements ministériels et de veiller à ce que les dispositions de la loi n °09-09 soient strictement appliquées.

 

Lire aussi: Vidéos. Hooliganisme: 13 individus arrêtés après le choc FAR-RCA

Selon lui, le remède à ce phénomène ne doit pas simplement se limiter à tout ce qui est sécuritaire et répressif, il doit surtout prévoir des méthodes et des programmes pour sensibiliser et encadrer ces milliers de supporters, afin qu’ils se rendent aux stades avec le seul but d’encourager leurs équipes de prédilection dans un climat de convivialité et de festivité. C’est dans ce sens qu’une réunion a été tenue en février 2016, notamment entre le ministre de la Justice, le ministre de la Jeunesse et des Sports, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) pour examiner la situation et faire des recommandations de nature à lutter contre ce phénomène devenu de plus en plus inquiétant.

Ainsi, il a été procédé à l’enrichissement des dispositions de la loi n° 09-09 et veiller à ce qu’elle soit appliquée avec rigueur à l’égard des personnes impliquées dans les actes de violence sportive.

La réunion a également recommandé de renforcer la coordination institutionnelle entre tous les secteurs et d’appliquer les exigences du Code de discipline de la FRMF envers les clubs, notamment en les privant de leur public.

Le ministère s’est engagé ainsi à l’élaboration d’un projet de stratégie nationale visant la sensibilisation sur le hooliganisme et les dangers de la violence dans les stades comme ailleurs, la lutte contre les répercussions de la violence en tant que phénomène social et la préservation des valeurs du sport et des principes de tolérance dans la société marocaine. Cette stratégie devrait s’articuler autour de la mobilisation de toutes les organisations sportives et de jeunesse pour sensibiliser les jeunes aux phénomènes du hooliganisme et de la violence dans les stades, la diffusion de la culture sportive à travers l’adhésion des médias, l’implication des fédérations, des ligues et des clubs pour assumer pleinement leurs responsabilités pédagogiques et techniques vis-à-vis des joueurs, des équipes et du public, la promotion de l’éducation physique au sein des écoles et des terrains de proximité dans les quartiers populaires et la mise à profit des expériences réussies de certains pays dans ce domaine.