« Frustration » de footballeurs interdits par Israël de quitter Gaza pour leur finale

85
DR.

Les footballeurs d’un grand club de Gaza étaient « frustrés » après leur interdiction, décrétée par un tribunal israélien, de quitter l’enclave sous blocus afin de disputer la finale du championnat de Palestine en Cisjordanie occupée, a affirmé jeudi le président du club.

Le match retour de la finale de la coupe de la Palestine, qui voit s’affronter les deux équipes vainqueures des tournois en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avait déjà été repoussé en juillet, faute d’octroi de permis pour la plupart des joueurs gazaouis.

Or lundi un tribunal israélien a confirmé en appel cette décision –le service de sécurité intérieure, le Shin Beth, ayant invoqué des raisons sécuritaires.

« Les joueurs sont frustrés et désespérés », a déclaré à l’AFP Jamal Harb, le président du club Khadamat Rafah du sud de la bande de Gaza.

Le vainqueur du match retour devait de surcroît représenter les Palestiniens à la Ligue des Champions d’Asie.

Mais « un examen sécuritaire a révélé des informations qui lient la plupart des membres de la délégation au terrorisme », a indiqué cette semaine le Shin Beth dans un communiqué.

Depuis plus d’une décennie, Israël impose un strict blocus à la bande de Gaza.

 

Lire aussi: Vidéos. Le vibrant hommage des supporters du Raja à la cause palestinienne

 

L’Etat hébreu affirme que c’est une mesure nécessaire pour contenir le mouvement islamiste du Hamas qui contrôle l’enclave, mais les critiques affirment que ce blocus équivaut à une punition collective pour les quelque deux millions d’habitants de Gaza.

Tout Palestinien désirant se rendre de Gaza à la Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967, doit obtenir un permis auprès des autorités israéliennes –un précieux sésame souvent refusé.

En tout, Israël a délivré des permis pour douze des 35 joueurs et membres officiels du club de Rafah, selon le COGAT, l’organe israélien relevant du ministère de la Défense et chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens.

Selon l’ONG Gisha, qui a aidé le club gazaoui à faire appel, seuls cinq joueurs ont été autorisés à quitter l’enclave palestinienne.

« Ce dossier est une autre illustration de l’effort extraordinaire qu’Israël produit pour éviter que les Palestiniens se déplacent entre les différentes parties du territoire palestinien », a remarqué Gisha dans un communiqué.