Inquiétés par le Maroc, des sénateurs US demandent le soutien de Trump pour le Mondial 2026

11849
Le président des Etats-Unis d'Amérique, Donald Trump. Crédit: DR

Plusieurs responsables américains craignent que la politique internationale de Trump et ses sorties controversées n’impactent négativement la candidature nord-américaine pour le Mondial 2026. Ils ont décidé de réagir. 
Rien n’est décidément joué pour le choix du ou des pays hôtes de la Coupe du Monde 2026. Au début de ce combat de David contre Goliath, beaucoup donnaient favori le trio USA-Canada-Mexique, avec des infrastructures et une expérience combinée des plus convaincantes, face à un Maroc qui «tardait à vraiment lancer son offensive». C’est chose faite depuis le 28 janvier dernier, date du reveal du logo de la candidature marocaine à l’organisation de la grand-messe mondiale du sport roi. Depuis, le royaume multiplie les actions auprès des instances continentales et nationales pour prouver qu’il est le meilleur choix.
Désormais, la donne a changé et le Maroc a toutes ses chances. Et ce sont les Américains qui le disent, médias et fédé confondus. Et le fait que Donald Trump soit à la tête des Etats-Unis n’arrange pas les choses. En effet, d’aucuns craignent que la politique internationale du milliardaire ainsi que ses sorties de plus en plus controversées impactent négativement la candidature nord-américaine pour le Mondial 2026. « Cela ne se joue pas seulement sur les stades, les hôtels et tout cela. Ce qui importe aussi, c’est la perception de l’Amérique dans une période difficile pour notre monde », avait déclaré à ESPN Sunil Gulati, président de la Fédération américaine de football et à la tête du comité de candidature nord-américain.
Alors, inquiet de laisser filer l’organisation du Mondial au Maroc, qui l’a déjà manquée de peu à cinq reprises, un groupe composé de 44 sénateurs américains a signé une lettre dans laquelle il demande le soutien absolu de Donald Trump à la candidature trinationale, apprend-on dimanche de AS. Les élus, républicains et démocratiques, demandent notamment l’appui du locataire de la Maison-Blanche face aux avancées du Maroc, précisent le média espagnol.