Foot: « matchs de la paix » entre deux gros clubs émirati et israélien

125
DR.

Les clubs de football émirati Al-Aïn et israélien Maccabi Haïfa ont annoncé mercredi la tenue de deux « matchs de la paix » amicaux, les premiers depuis la normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et l’Etat hébreu en septembre 2020.

« Les deux clubs ont convenu de tenir deux matches amicaux, baptisés +matchs de la paix+, le premier au stade Hazza ben Zayed (à Al-Aïn, près d’Abou Dhabi, la capitale des Emirats) et le second à Haïfa (nord-ouest d’Israël) », a déclaré Mohammed ben Thaaloub, directeur de la société d’investissement Al-Aïn.

La date de leurs rencontres sera fixée plus tard, a-t-il précisé dans un communiqué. Les deux équipes cumulent chacune le plus grand nombre de victoires dans les championnats locaux respectifs.

« Je suis heureux de vivre ce moment important de l’histoire du football israélien et émirati », a de son côté réagi Ya’akov Shahar, président du Maccabi Haïfa FC.

La coopération dans le domaine du sport fait partie des nombreux liens que les deux pays ont décidé d’établir et développer depuis septembre 2020 et la signature d’un accord négocié par les Etats-Unis pour officialiser leurs relations.

 

Lire aussi: Les Emirats ouvrent la voie à la naturalisation d’étrangers

 

Les Palestiniens ont dénoncé l’accord normalisant les liens entre ces deux pays comme une « trahison », le règlement du conflit israélo-palestinien ayant été traditionnellement la condition pour toute normalisation entre un pays arabe et Israël.

Côté football, les Palestiniens reprochent régulièrement à la Fifa un manque de fermeté vis-à-vis de l’Etat hébreu qui entrave, selon eux, le football palestinien.

La Coupe de Palestine n’a pas pu être jouée pendant quinze ans, principalement en raison de permis non délivrés par les autorités israéliennes. Elle a repris en 2015, après intervention de la Fifa, mais avait dû être reportée l’année dernière.

Les Palestiniens accusent la Fifa de ne pas appliquer les règles qu’elle fixe, notamment après sa décision de ne pas entreprendre d’action contre Israël à propos de ses clubs situés dans les colonies illégales en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé depuis 1967 par les Israéliens.