F1. GP de Russie: Ferrari se loupe à Sotchi, Mercedes en profite

62

Bien partie pour réussir un doublé, la Scuderia s’est ratée dans sa stratégie pour offrir sur un plateau la victoire à Lewis Hamilton devant Valtteri Bottas.

Mercedes demeure intraitable à Sotchi. En six éditions du Grand Prix de Russie, les Flèches d’Argent sont, à chaque fois, montées sur la plus haute marche du podium. Pour la quatrième fois, Lewis Hamilton a été le meilleur sur les rives de la mer Noire. Et pour la quatrième fois également, l’écurie allemande a signé un doublé dans la station balnéaire puisque Bottas a pris la deuxième place. Un huitième doublé pour Mercedes cette saison et un camouflet supplémentaire pour Ferrari qui avait pourtant la course en main.

La stratégie de Ferrari interroge, encore une fois
Car tout se goupillait parfaitement depuis le retour des vacances. La Scuderia restait sur trois victoires et avait ses deux voitures en tête après le premier virage. Mais pas dans l’ordre voulu puisque Vettel devançait alors Leclerc, grâce à l’aspiration offerte par la longue ligne droite de départ/arrivée. Chez les Rouges, on demandait alors à l’Allemand de laisser passer le Monégasque au 6e tour. Refus catégorique du leader. Tout allait donc se régler dans les stands. Leclerc s’arrêtait alors en premier, au 22e tour. Imité par Vettel ensuite, au 26e tour. Le tour de passe-passe était joué et les positions remises dans un ordre plus naturel. Mais tout bascula en quelques secondes.

A peine sorti des stands, derrière Leclerc, Vettel était contraint à l’abandon, sans raison apparente pour le moment. Cela provoquait l’intervention de la voiture de sécurité virtuelle et offrait des arrêts gratuits… aux Mercedes évidemment. Lewis Hamilton n’en demandait pas tant et ressortait en tête, Bottas troisième. Dans la foulée, sous voiture de sécurité, la Ferrari du Monégasque changeait encore de gommes et offrait ainsi le doublé inespéré à Mercedes.

La marque allemande n’en demandait pas tant et le débriefing chez Ferrari s’annonce épicé, encore une fois. Car à force de jouer, la Scuderia s’est brûlée. Derrière, on notera la belle remontée d’Albon, parti des stands et qui a terminé cinquième, ou encore celle de Perez, septième. Pour les Français, la course n’a pas été brillante puisque Romain Grosjean a abandonné après 300 mètres et Pierre Gasly a terminé 14e.