Dopage: opération de police contre deux Russes aux Mondiaux de biathlon

60
L'opération de police a eu lieu tôt ce matin à l'hôtel Bagni di Salomone

La Russie à nouveau dans le collimateur des autorités antidopage? Une opération de police judiciaire liée à des soupçons de dopage a eu lieu samedi matin à l’hôtel hébergeant les athlètes russes aux Mondiaux de biathlon d’Anterselva (nord de l’Italie).

« Cette opération a été demandée par le parquet de Bolzano. Le délit présumé répond à l’article 586 bis du code pénal (utilisation ou administration de produits dopants, ndlr). Deux personnes sont concernées, tous les deux de nationalité russe, un athlète et son préparateur », a déclaré ce porte-parole de la police italienne à l’AFP.

Selon un journaliste de l’AFP présent sur place, l’opération de police à l’hôtel Bagni di Salomone à Anterselva a pris fin en début de matinée.

Le président de la fédération russe de biathlon Vladimir Drachev a indiqué à l’agence de presse russe Interfax que l’athlète concerné était Alexander Loginov, qui a remporté l’épreuve de sprint des Mondiaux-2020 le 15 février.

Loginov, 28 ans, a purgé entre 2014 et 2016 une suspension de deux ans pour dopage à l’EPO et son sacre à Anterselva, où il a également remporté la médaille de bronze de la poursuite, avait suscité un malaise parmi les biathlètes.

 

Lire aussi : Vladimir Poutine salue le développement continu des relations entre la Russie et le Maroc

 

La Russie est au coeur depuis novembre 2015 d’un retentissant scandale de dopage institutionnel qui lui a valu notamment d’être exclue des JO-2018 de Pyeongchang, exclusion qui pourrait se répéter cet été pour les JO de Tokyo.

L’Agence mondiale antidopage a décidé en décembre de bannir pour quatre ans de toute compétition sportive internationale la Russie, qui attend le résultat de son appel devant le Tribunal arbitral du sport.

« La police est venue à notre hôtel à 5h50 (…) et l’opération était liée au fait que l’entraîneur en chef de l’équipe de Russie (Alexander) Kasperovich a utilisé l’accréditation d’une autre personne », a expliqué Vladimir Drachev.

« La police a fouillé ses affaires pendant une heure et demie et en a emmené certaines avec elle », a poursuivi le patron du biathlon russe, qui a dû se rendre ensuite au poste de police avec l’entraîneur en chef.

De son côté, Loginov a indiqué à la chaîne de télévision Match TV que la police était rentrée dans la chambre qu’il partageait avec son équipier Evgeniy Garanichev.

« Les policiers se sont intéressés uniquement à mes affaires », a-t-il indiqué, en précisant qu’il avait pu rester à l’hôtel.

 

Lire aussi : Coronavirus: deux premiers cas confirmés en Russie

 

Loginov devait initialement prendre part au relais 4×7,5 km des Mondiaux-2020 programmé samedi à 14h45 (13H45 GMT). Sa participation pourrait être remise en cause selon l’entraîneur de l’équipe masculine Sergei Belozerov, cité par l’agence Tass.

« Je me demande si la police, après avoir saisi son ordinateur portable et son téléphone, ne dise qu’elle a besoin d’informations complémentaires et ne lui demande de ne pas participer à la course », a-t-il expliqué.

Le ministre russe des Sports Oleg Matytsin a indiqué dans un communiqué qu’il « avait été informé de cette opération » et qu’il avait demandé à la fédération russe de lui fournir des informations « de manière urgente ».

« Le ministère des Sports entend continuer à travailler activement pour défendre les droits des sportifs propres et en même temps à soutenir les mesures les plus strictes dans les cas prouvés d’infractions à la réglementation antidopage », indique le communiqué.