Derby Wydad-Raja: mais combien coûte un tifo?

9832

Les supporters bidaouis ont offert un spectacle hors norme, lors du derby disputé le 3 novembre, dans le cadre du match aller des huitièmes de finale retour de la Coupe arabe Mohammed VI. Ce samedi pour le match retour, les mordus du ballon rond attendent avec impatience de voir ce que réservent les ultras du WAC et du Raja pour ce choc. Mais combien coûtent ces tifos et comment se déroule la collecte d’argent?

Chaud devant! Plus que quelques heures avant le derby, tant attendu, entre les frères ennemis de Casablanca.

Lors de l’aller de ces quarts de finale de la Coupe Moahammed VI des clubs champions, les supporters bidaouis ont ébloui le monde arabe avec des spectacles à couper le souffle.  Les caméras seront rivées sur le stade Mohammed V samedi, surtout sur les tifos prévus pour le retour.

Les Ultras Winners, Green Boys et Aigles, sont des habitués des grands rendez-vous. Leurs shows sont toujours classés parmi les meilleurs du monde. Mais combien peut coûter un tifo?

Interrogé par H24info, Abderrahim Bourkia, journaliste sociologue et responsable de la filière Sciences Politiques et Gouvernance à Mundiapolis, nous a fait le point sur le volet financier de ces chorégraphies artistiques.

« Généralement un tifo peut coûter entre 10.000 DH ou 15.000 DH voir plus de 20.000 DH. Et souvent les groupes gardent les mêmes matériaux pour en faire d’autres et s’acheter ce dont ils ont besoin », a t-il indiqué.

« Non conformistes »

Les groupes de supporters dépendent souvent de leurs propres moyens pour réussir le spectacle. Mais comment peuvent-ils rassembler autant d’argent,  surtout que les tifos ce n’est pas que pour le derby. Les Winners, Green Boys, et Eagles, peuvent réaliser 10 à 15 chorégraphies par an.

Cela nécessite beaucoup d’argent et les ultras se trouvent parfois dans l’obligation de chercher d’autres ressources financières. « La collecte se fait moyennant des cotisations, mais certains membres de groupes ont un contact et une proximité avec des responsables du club qui assurent une aide ce qui est contraire aux règles des ultras. Cela les expose aux moqueries des groupes rivaux », fait savoir Abderrahim Berkia.

Et d’ajouter que « les ultras sont réputés être non conformistes et hors du circuit des clubs. Ils sont autonomes et indépendants financièrement pour avoir la liberté de critiquer les clubs ».

Le tifo n’est pas gratuit et demande énormément d’efforts. Une chose est certaine, le spectacle sera certainement assuré ce samedi à 19H sur la pelouse du stade Mohammed cinq. Le WAC et le Raja s’étaient quittés sur un nul (1-1) lors de l’aller. Les deux formations vont livrer un combat acharné pour une place en demi-finale du trophée Mohammed VI des clubs champions.