CAF: la « mission » de la Fifa en Afrique s’achève

Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fifa.DR

La Fifa, qui avait dépêché en Afrique sa secrétaire générale Fatma Samoura en août dernier pour superviser la Confédération africaine (CAF) secouée par plusieurs polémiques et des problèmes de gouvernance, a achevé sa « mission » de six mois.

« La mission de six mois convenue entre la Fifa et la CAF pour aider à accélérer la mise en œuvre du processus de réforme au sein de l’organe directeur africain s’est achevée avec la remise d’un ensemble de conclusions, recommandations et propositions », a écrit la Fédération internationale dans un communiqué.

Samedi, le président de la Fifa Gianni Infantino a présenté plusieurs de ces mesures à Rabat (Maroc) en marge du comité exécutif de la CAF, reposant sur « trois piliers: « l’arbitrage, les investissements et le développement des compétitions ».

 

Lire aussi: Fifa: Infantino préconise d’organiser la CAN tous les quatre ans

 

Principale proposition pour accroître la compétitivité du football africain à l’échelle planétaire préconisée par Infantino, l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) « tous les quatre ans » au lieu de deux actuellement.

Le patron de l’instance suprême du football mondial a également évoqué « la création d’une nouvelle compétition de clubs panafricaine », une « super ligue » avec notamment 20 clubs « membres permanents ».

« Des arbitres au-dessus de tout soupçon »

Concernant l’arbitrage, un groupe « d’arbitres professionnels » sera créé et financé par la Fifa en partenariat avec la CAF. « Les arbitres doivent être au-dessus de tout soupçon et pour cela nous devons les protéger », a déclaré Infantino.

« Nous allons en retenir 20 parmi les meilleurs arbitres africains de la Fifa et en faire des professionnels, en leur donnant des contrats permanents, de professionnels. Ils doivent être les gardiens de notre jeu et nous devons les protéger en les rendant totalement autonomes », a-t-il ajouté.

 

Lire aussi: Erreurs d’arbitrage: le ras-le-bol

 

En terme d’investissements, la Fifa et la CAF vont tâcher de mobiliser un ensemble de partenaires et créer un fonds d’au moins un milliard de dollars (environ 900 M EUR) pour financer des infrastructures durables sur le continent et doter chacun des 54 pays d’au moins un stade de haut standing, a encore proposé Gianni Infantino.

Si Ahmad Ahmad, président de la CAF fragilisé par plusieurs polémiques, avait défendu son droit de demander de l’aide de la Fifa lors de la dernière Assemblée générale de l’instance africaine en juillet dernier, la « mission » de Fatma Samoura, perçue par certains comme une « mise sous tutelle » inédite, a aussi été critiquée.