C1: le Real évite de peu l’humiliation face au Club Bruges

298

Le Real Madrid échappe au pire ! Deux têtes salvatrices de Sergio Ramos et Casemiro ont permis à l’équipe de Zinédine Zidane de combler deux buts de retard contre le Club Bruges (2-2) mardi en Ligue des champions, préservant ses chances dans le groupe A.

Deux semaines après sa déroute inaugurale à Paris (3-0), le club aux 13 sacres en C1 a frisé l’humiliation à domicile en se retrouvant mené 2-0 après deux contres conclus par le rapide attaquant nigérian Emmanuel Dennis (9e, 39e).

Mais le Real savait qu’il n’avait déjà plus de joker. Et dans une atmosphère étouffante marquée par l’exclusion du capitaine brugeois Ruud Vormer pour un deuxième carton jaune (84e), Ramos (55e) puis Casemiro (85e) ont sauvé les meubles pour la « Maison blanche », sans parvenir à parachever cette « remontada » par un troisième but.

« Ce n’était pas le résultat prévu, ni le résultat que nous espérions, surtout en jouant à la maison », a pesté Casemiro au micro de la chaîne espagnole Movistar. « Mais vu notre très mauvaise première période, on s’en tire bien avec le match nul. »

Résultat: le grand Real (un seul point en deux matches) se retrouve en situation délicate dans son groupe avant la double confrontation avec Galatasaray les 22 octobre et 6 novembre, qui pourrait être cruciale pour l’avenir européen de l’équipe merengue, jamais éliminée en phase de poules dans l’histoire de la C1 moderne.

Timides sifflets

On pensait le Real guéri de l’humiliation infligée par le PSG ? Devant son public, la « Maison blanche » est retombée dans ses travers en première période, apparaissant aussi déboussolée qu’en huitièmes au printemps dernier lors de l’élimination contre l’Ajax Amsterdam (2-1, 1-4).

Cette fois, l’adversaire était belge et il a fait mouche sur deux contre-attaques ultra-rapides et un peu gag.

Sur la première, le Nigérian Emmanuel Dennis a marqué d’un étrange double-contact apparemment involontaire alors que le gardien merengue Thibaut Courtois avait piteusement glissé (9e), une action validée par l’arbitrage vidéo (VAR).

Puis le Ballon d’Or Luka Modric a perdu un ballon anodin dans le rond central et Dennis est allé tromper Courtois de près (39e), non sans avoir manqué de trébucher au moment de sa frappe! Et le score aurait pu même être plus lourd si Courtois ne s’était pas interposé par ailleurs (34e)…

Bruges acculé

A 2-0 à la pause, le Bernabéu a esquissé de timides sifflets pour accompagner le remplacement à la pause de Courtois, victime de problèmes de ventre selon la presse espagnole et sorti au profit du Français Alphonse Areola. Ce dernier s’est aussitôt illustré devant Dennis, qui avait crocheté Varane avec insolence (54e).

La saison dernière, sans Zidane sur le banc, le Real aurait peut-être sombré mentalement.

Mais pas cette fois. En seconde période, alors que le nouvel attaquant madrilène Eden Hazard a été plus volontaire que dangereux, la lumière est venue de Karim Benzema : l’avant-centre français a adressé un joli centre pour la tête de son capitaine Ramos, validée à la limite du hors-jeu (55e).

Le Real a continué d’acculer Bruges en défense, accumulant pas moins de 27 tirs sur l’ensemble du match… contre sept pour Bruges!

L’égalisation de Casemiro, d’une tête puissante (85e), était donc méritée. Mais elle était insuffisante pour les Madrilènes, bousculés comme rarement dans leur compétition fétiche. Et si les adversaires n’avaient plus peur du Real ?