Sahara/ONU. Quand le président namibien s’offre sa “minute” de gloire aux dépens du Maroc

Publié le
hage geingob
hage geingob

Du haut de ses 82 ans, le président de la Namibie, Hage Geingob, un gérontocrate biberonné au marxisme-léninisme dès sa jeunesse, est monté le 20 septembre à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU pour appeler le Maroc à « l’autodétermination du peuple sahraoui ».

Les yeux figés sur sa fiche, le président namibien s’est dit se souvenir du « soutien du Maroc à notre droit (De la Namibie, NDLR) à l’autodétermination » ajoutant qu' »aujourd’hui, nous lui demandons de faire la même chose avec le peuple du Sahara occidental ».

Ces allégations proviennent, selon l’analyste en stratégie et en géopolitique Hassane Saoud, d’un chef d’Etat vassal d’un voisin et prouvent sa propension à falsifier l’histoire de son pays par suivisme au pays ex-administrateur.

Elles servent en outre, selon ce chercheur associé de l’Institut Royal Des Etudes Stratégiques (IRES), à satisfaire la volonté de l’Algérie qui use et abuse de son arme de destruction massive que constitue la diplomatie de « la valise » pour soutenir et armer un rejeton sans avenir.

Selon Hassane Saoud, il est également important de situer l’indépendance de ce pays dans son contexte après cette intervention du président namibien qui, semble-t-il, commet un amalgame anachronique et incongru.

Premièrement, « son pays était depuis 1920 occupé par l’Afrique du Sud en vertu d’un mandat d’administration de la défunte Société des nations (SDN). Ce statut a été révoqué par l’ONU en 1973. En 1978, la résolution 435 des Nations unies prévoit le début du processus d’indépendance de ce pays. Il a fallu attendre l’année 1988, et l’accord entre l’Afrique du Sud, l’Angola et Cuba pour son application et la tenue d’élections (et non d’un référendum) en 1989 et l’adoption d’une constitution en 1990 », explique-t-il.

Il est de surcroît judicieux de rappeler pour la mémoire courte du président actuel que le leader de la SWAPO Samuel Nujoma disait que « la dernière colonie d’Afrique est à partir d’aujourd’hui libérée. Le destin de notre pays est entre nos mains« .

A cette date, poursuit Hassane Saoud, le Maroc était déjà dans ses provinces du Sud, ayant organisé des élections locales et législatives et a déjà réalisé des projets de développement au profit de la population.

« Ce chef d’Etat commet une erreur monumentale en affirmant que son pays avait organisé un référendum d’autodétermination, tandis que l’ONU avait enjoint à l’Afrique du Sud de retirer son administration de cette colonie allemande », rappelle-t-il à juste titre, notant que « ce n’est qu’en 1988 avec la signature des accords de Brazzaville que l’Afrique du Sud a accepté l’indépendance de la Namibie en échange d’un cessez le feu.

Vidéo. Dessalement de l’eau de mer: les projets chimériques du président Tebboune

Hassan Saoud affirme, dans la même veine, que « le Maroc est dans son Sahara et le Sahara est dans son Maroc quelque soit le prix, et les succès diplomatiques engrangés ne font que conforter sa position au sein de la communauté internationale dont les représentations consulaires sont la preuve de la légitimité, la légalité de la cause et la crédibilité du plan d’autonomie, seule solution sans laquelle aucune négociation n’est possible« .

Contrairement aux rodomontades du polisario selon lesquelles le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, aurait appuyé ses thèses séparatistes devant l’AG de l’ONU, ce dernier avait purement et simplement appelé le Conseil de sécurité à trouver une solution politique aux différents conflits qui perdurent en Afrique.

« C’est le cas notamment de la crise oubliée du Sahara occidental qui déchire deux pays frères, l’Algérie et le royaume du Maroc et dure depuis plusieurs décennies », a-t-il souligné entre autres sans faire, en aucun moment, allusion à l’autodétermination comme « solution ».

En décembre 2020, faut-il le rappeler, la RDC avait ouvert son premier consulat à Dakhla, au Sahara.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Sahara/ONU. Quand le président namibien s’offre sa “minute” de gloire aux dépens du Maroc

S'ABONNER
Partager
S'abonner