Vidéo. Hamzamonbb: une actrice émiratie porte plainte contre Dounia Batma

L’actrice et mannequin émiratie, Jalila, a déposé une plainte contre Dounia Batma et sa sœur Ibtissam dans le cadre de l’affaire Hamzamonbb. L’actrice se dit lesée par les publications des comptes Hamzamonbb.

 

L’actrice Jalila a déclaré dans une interview télévisée sur une chaîne émiratie qu’elle avait déposé une plainte via l’ambassade du Maroc aux Émirats et qu’elle s’apprête à se rendre au Maroc au cas où elle serait convoquée pour faire sa déposition.

 

Elle a ajouté qu’elle avait été lésée par les attaques des comptes «Hamzamonbb» pendant  un an et demi. «J’ai senti que le Seigneur des mondes m’a rendu justice cette année lorsque les accusés dans l’affaire ont été poursuivis», a-t-elle déclaré en ajoutant que «nul n’est au-dessus de la loi».

«Les nombreux gestionnaires des comptes Hamzamonbb seront punis, et je pense que la justice marocaine est impartiale et si quiconque commet des infractions, il mérite la punition», a-t-elle soutenu.

Rappelons que les comptes anonymes Hamzamonbb sur Snapchat et Instagram avaient visé l’artiste Jalila après les problèmes qu’elle a eus avec la styliste marocaine Basma Boussil, épouse du chanteur égyptien Tamer Hosni. Les administrateurs des comptes accusaient Jalila de vouloir saboter la relation de Basma avec son mari.

 

Lire aussi: Affaire Hamzamonbb: les sœurs Batma auditionnées le 24 février par le juge d’instruction

 

A noter que le tribunal de première instance de Marrakech a rendu, tard dans la nuit du mardi au mercredi 12 février, ses jugements concernant trois accusés dans le cadre de cette affaire.

La Youtubeuse, Soukaïna Glamour de son vrai nom Soukaina Jannah, Adnane Sakkine alias « Moul El Ferrari » et le journaliste de Hiba Press Mohamed Dahir, ont écopé chacun de deux ans de prison ferme, assorties d’une amende de 10.000 dirhams chacun à titre de dommages et intérêts à certaines victimes des comptes, dont le Youtubeur Noureddine El Gharrabi, «Niba», et le président du Centre marocain des droits de l’Homme (CMDH), Mohamed Madimi.