H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Gad Elmaleh jouera son nouveau one-man-show en tournée dans toute la France à partir du mois de septembre. Intitulé « D’ailleurs », il s’agit du spectacle le plus « intime » de sa carrière. 

    Lors d’un déjeuner de presse, Gad Elmaleh s’est confié sur sa carrière et ses multiples vies: la conquête de l’Amérique, Monaco, l’affaire du plagiat… Six ans après « Sans tambour », l’humoriste maroco-français revient sur les planches avec un one-man-show totalement en anglais. « D’ailleurs » -en référence à son identité plurielle- sera produit dans toute la France dès le mois prochain, rapporte le site régional français Le Dauphiné.

    L’auteur, qui vient d’avoir 50 ans cette année, reconnaît qu’il s’agit sans doute du spectacle le plus « intime » de son parcours. Il y évoque l’Amérique, Hollywood, la religion, la paternité, la religion, la mort (il dévoile comment il souhaite ses obsèques), la crise de la cinquantaine, l’éducation… « J’aborde plusieurs thèmes sous l’angle de l’analyse, la démystification et la vérité », explique-t-il.

    Père d’un enfant, Raphaël, qu’il a eu avec Charlotte Casiraghi de la famille princière monégasque, il raconte également une partie de sa vie dans la principauté méditerranéenne. «Monaco, c’était une expérience, un moment singulier. Dans mon spectacle, je ne parle pas des membres de la famille en tant que tel, mais de moi dans cet univers. (…) J’étais un observateur heureux, qui a eu le syndrome du «bledard» et qui était fasciné, je ne vais pas dire le contraire…». Toutefois, l’humoriste reconnaît avoir une capacité d’adaptation importante à tous les milieux. «Je suis un 4×4 social, je me balade partout et je m’adapte».

    Elmaleh se confie même sur son lien avec le prince Albert II qui lui a rendu visite lors du rodage de son spectacle sur le Rocher. « Il m’a fait l’honneur de venir. Je l’adore, il est humble et accessible. Il se la pète moins que mon oncle qui a monté une auto-école (rires). Le prince a du recul et de l’humour. » Gad espère le même accueil du côté de son ex-compagne avec qui il conserve « de très bons rapports ».

    L’affaire du plagiat, un épisode « instructif » qui l’a « fait grandir »

    Quant à l’affaire de plagiat qui l’avait éclaboussé en 2019, l’accusant de copier des humoristes américains dans ses spectacles, l’artiste, « pour faire un show honnête », ne se voyait pas ne pas en parler. Dans « D’ailleurs », il l’aborde, mais sans rentrer dans les détails. « Quand j’en ai parlé dans des Comedy Club, je me suis aperçu que ça ne faisait pas rire les gens… Quand c’est moins chaud ça rit moins… ».

    « Ne pas en parler du tout serait bizarre. J’ai été remué par cette crise car j’ai travaillé comme un malade mental, ça ne méritait pas autant de violence. C’était épisode douloureux, mais j’ai une part de responsabilité, je n’aurais pas du être dans l’orgueil », poursuit la célébrité en précisant que cette période fut « instructive » et l’a « fait grandir ». Dans cette histoire, Gad Elmaleh a « fait un vide-grenier » de son entourage et perdu de nombreux amis, parfois intimes depuis plusieurs décennies. Il se dit malgré tout « apaisé »: « ces amis qui m’ont tourné le dos ne méritent pas que je sois leur ennemi ou fâché. »

     

    Lire aussi : Vidéo. Gad Elmaleh heureux, mais pas étonné des accords entre le Maroc et Israël

     

    « Fatigué des vannes autour du covid », l’auteur prévient qu’il n’y en aura pas dans cette nouvelle représentation, sauf « si ça vient dans une improvisation ». « Les gens viennent à un spectacle pour s’évader. Dans leurs cerveaux il n’y a plus de place pour le virus », estime encore l’humoriste qui s’est beaucoup entraîné ses six dernières années.

    « Peut-être qu’on ne m’a pas vu mais je travaille tout le temps. Je fais beaucoup de Comedy club pour rester en éveil, c’est une manière de pas perdre le muscle de la comédie. Un peu comme un entraînement à la salle de sport… (…) Si tu ne joues pas pendant six ans et que tu ne côtoies pas d’humoristes, tu es courbaturé… », assure Gad qui se dit « impatient ». « J’ai le trac, je doute mais je n’ai pas peur », conclut-il.

    Share.

    Comments are closed.