Etats-Unis: un rappeur prend 15 ans de prison pour usage d'artillerie dans un clip

Ricardo Burgos, qui se fait appeler «Nation», a écopé d’une lourde peine pour avoir déployé son artillerie dans l’une de ses vidéos. Il s’était également fait piéger par des policiers en civil à qui il avait tenté de vendre des stupéfiants.

Ricardo Burgos, alias Nation, un rappeur de Chicago, a été condamné à plus de quinze ans de prison pour détention illégale d’arme à feu, après être apparu armé dans un clip qu’il avait tourné dans un hôtel, ont rapporté mercredi les autorités locales.
Ricardo Burgos, 31 ans, n’était pas autorisé à détenir d’arme, ayant fait l’objet de précédentes condamnations pénales. On le voit pourtant dans le clip en train de rapper sur le thème de la vente de drogues, en tenant deux armes à feu, dont un pistolet de calibre 45, et échanger des tirs avec ses «ennemis».
Cela n’a pas échappé à la police, qui a par ailleurs déterminé que l’une des deux armes était volée dans un magasin de l’Indiana, et avait été utilisée dans une fusillade à Chicago deux jours avant le tournage de la vidéo.
Nation a également été piégé par des policiers en civil, à qui il a vendu quelques grammes de cocaïne et d’héroïne. Poussé à plaider coupable, il a finalement écopé d’une sentence de 188 mois de réclusion.
En France, l’utilisation d’armes à feu dans les clips est également interdite par la loi. En 2014, cinq personnes avaient été arrêtées à Meaux pour avoir exhibé un arsenal dans le clip de Djadja et Dinaz, sur le titre Laisse nous faire notre biff. En avril de la même année, quatre figurants du clip A4 de Booba avaient été condamnés pour «participation à une manifestation publique avec une arme». Dans le clip, qui datait de mai 2012, on pouvait voir ces personnes brandir et tirer en l’air avec des fusils à pompe. Des armes fournies directement par l’équipe de tournage…