Bousculade près d’Essaouira: des artistes marocains s’indignent

674

Le drame survenu près d’Essaouira, précisément dans la commune de Sidi Boulaalam a attristé plus d’un faisant resurgir des failles de la société marocaine. Des célébrités marocaines ont accepté de partager avec nous leur ressenti par rapport à la bousculade.

« Ce qui s’est passé témoigne de la misère, de la pauvreté et de l’ignorance qui font que des personnes se bousculent pour 150 dh de farine. Le drame ne concerne pas les familles des victimes seulement, ou le bienfaiteur mais nous concerne tous! On est tous responsables: l’Etat, les politiques, les associations qui devaient encadrer, sensibiliser, combattre l’analphabétisme et aider les démunis, et puis nous qui devions aider notre prochain. Les victimes de la bousculade ne voulaient pas mourir, ils voulaient juste se nourrir, ils voulaient vivre. Ce qui s’est passé est la preuve qu’il y a un vrai problème sociétal et structurel au Maroc », nous a confié Issam Kamal, chanteur et ex-vocaliste du groupe « Mazagan ».

Et d’ajouter: « N’importe quel marocain ressentirait la tristesse et la colère que je ressens aujourd’hui. »

Des propos qui rejoignent les déclarations du réalisateur marocain Nour-Eddine Lakhmari qui estime lui aussi que ce qui s’est produit à Sidi Boulaalam est de la faute de tous les Marocains. « Le drame d’Essaouira autant que l’affaire du viol de fille dans le bus est de notre faute. On en est tous responsables. On s’indigne tous sur les réseaux sociaux mais qu’est ce qu’on fait chaque jour pour améliorer les choses? on ne fait rien, on est arrogants, égoïstes et lâches. Il ne faut pas qu’on attende à chaque fois une tragédie pour passer à l’action. Sinon, moi personnellement, si j’étais un ministre, j’aurais assumé ma responsabilité et démissionné », nous a-t-il déclaré, très ému.

Le réalisateur Hicham Lasri pense lui aussi que ce drame reflète un véritable problème structurel au Maroc, mais n’a pas hésité à s’indigner de l’aspect « show off » qu’a eu la distribution de farine.

« Moi, j’ai grandi dans un pays où quand on est un bienfaiteur, on fait des dons dans la discrétion. Il y a un côté show off dans ce qui s’est passé qui s’est retourné contre les victimes… »

Pour Hicham Lasri, il était inadmissible de pointer du doigt un seul responsable. « Tous les politiciens marocains doivent avoir honte de cette politique de venir après un drame et chercher à sanctionner une seule personne alors que le problème est structurel en fin de compte. »

Fadwa Taleb, quant à elle, pense que le manque d’organisation est la cause principale de cette tragédie.

« C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris cette nouvelle. Je trouve honteux qu’en 2017, ce genre d’incident arrive. Dans un pays aussi beau que le nôtre, doté de valeurs basées sur le partage et l’esprit de solidarité, il est inacceptable de voir ce type de scène… Je pense que les personnes responsables de la désorganisation qui a mené à cet incident se doivent d’assumer leur responsabilité », nous a-t-elle affirmés.