Les dirigeants nord et sud-coréen se rencontrent, Trump entretient le doute

96
AFP

Après avoir annulé le sommet prévu avec Kim Jong-un, Donald Trump a fait état de «discussions productives», et annoncé que la rencontre pourrait finalement toujours avoir lieu le 12 juin. Les dirigeants de deux Corées se sont quant à eux revus ce samedi pour discuter.

Ce samedi, le président sud-coréen Moon Jae-in a rencontré Kim Jong-un, le dirigeant nord-coréen, pour discuter d’un possible sommet entre ce dernier et Donald Trump. Une réunion surprise – et sans journalistes – de près de deux heures qui s’est déroulée au village Panmunjom, où les deux dirigeants avaient déjà discuté lors de leur rencontre le 27 avril.
Au lendemain de leur rencontre, Moon Jae-in a dit espérer que le sommet prévu entre le dirigeant nord-coréen et Donald Trump aurait lieu en juin comme prévu, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne Yonhap. Selon lui, Kim Jong-un aurait également exprimé «son intention de mettre fin à une ère de confrontation grâce au succès du sommet entre la Corée du Nord et les États-Unis, tout comme de coopérer pour la paix et la prospérité».
Lors de leur nouvelle rencontre ce samedi, «les deux dirigeants ont échangé avec franchise leurs points de vue sur la manière de faire du sommet entre la Corée du Nord et les États-Unis un succès et sur la mise en œuvre de la Déclaration de Panmunjom», a déclaré le porte-parole du président sud-coréen. Ils pourraient se revoir «fréquemment», a également annoncé l’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA. Suite au premier sommet intercoréen le mois dernier, le premier depuis plus de dix ans, les deux dirigeants avaient déclaré vouloir travailler au retour de la paix entre leurs deux pays, et à la dénucléarisation de la péninsule.
Lire aussi: Une «nouvelle histoire» s'ouvre entre les deux Corées
Donald Trump envisage à nouveau une rencontre avec Kim Jong-un
«Nous progressons très bien sur le sommet avec la Corée du Nord», a finalement annoncé le président américain samedi. «Ça progresse parfaitement. Nous envisageons donc le 12 juin à Singapour. Ça n’a pas changé, nous verrons donc ce qui se passe.» Cette déclaration intervient quelques jours après que Donald Trump a décidé d’annuler le sommet du 12 juin, reprochant au dirigeant nord-coréen son «hostilité». Vendredi, il avait déjà commencé à faire marche arrière, en affirmant avoir «des discussions très productives» avec la Corée du Nord.
La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, avait déclaré aux journalistes ce samedi que Donald Trump ne voulait pas d’une réunion qui soit «juste un coup politique» avec la Corée du Nord. «Il veut obtenir quelque chose qui soit une solution réelle et durable et, si elle est prête à le faire, nous sommes certainement prêts à avoir ces conversations.»
Une délégation américaine à Singapour ce week-end
Selon Reuters, une équipe de la Maison-Blanche se rendra à Singapour ce week-end, comme cela était prévu, pour préparer la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un. Le magazine Politico avait déjà avancé qu’une équipe de 30 fonctionnaires et membres du Département d’État était prête à partir. Le secrétaire général adjoint de la Maison-Blanche, Joseph Hagin et la conseillère adjointe à la Sécurité nationale, Mira Ricardel, devraient faire partie de la délégation, selon Reuters.
D’après le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, les diplomates étaient d’ailleurs «toujours au travail» ce samedi, malgré les derniers rebondissements. La porte-parole du département d’État, Katina Adams, a cependant refusé de donner des détails sur les contacts diplomatiques entre les pays. Elle a seulement déclaré: «Comme le président l’a dit dans sa lettre au président Kim, le dialogue entre les deux est le seul qui compte.»