Mondial 2022: la gauche française dénonce des «ratonnades» de l’ultra-droite

Publié le
H24Info.ma,info maroc,Actu Maroc,Actualité,Actualité Maroc
Mathilde Panot./(Photo by Alain JOCARD / AFP)

Plusieurs élus de gauche ont dénoncé jeudi des « ratonnades » de l’ultra-droite lors des célébrations de la qualification des Bleus pour la finale de la Coupe du Monde mercredi soir, et demandé au ministre de l’Intérieur de les « sanctionner ».

« Dites, Éric Zemmour et Jordan Bardella qui depuis 3 jours annonciez que ça allait dégénérer hier pour France-Maroc… Vous ne nous aviez pas dit que vous parliez de vos alliés identitaires de l’ultra-droite qui préparaient des ratonnades à l’ancienne… Des multirécidivistes en plus… », a réagi sur Twitter la nouvelle patronne des Verts Marine Tondelier.

« On nous a signalé à plusieurs endroits ce qui pourrait s’apparenter à des ratonnades contre des supporters de l’équipe marocaine », a déploré sur Public Sénat la cheffe du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot, « très inquiète » de voir agir « en toute impunité » des « groupuscules d’extrême droite dans notre pays ».

« Des ratonnades dans plusieurs villes, des militants d’extrême-droite armés et qui voulaient en découdre aux Champs-Élysées. (Gérald) Darmanin doit s’attaquer rapidement et résolument aux groupes d’extrême-droite et sanctionner les violents. La sécurité nationale est en jeu. C’est urgent ! », a demandé sur Twitter sa collègue députée LFI de Seine-Saint-Denis Nadège Abomangoli.

Lire aussi: Foot/Mondial: record de 20,69 millions de téléspectateurs devant la victoire des Bleus sur TF1

« Là où il y a eu des échauffourées, elles ont été parfois provoquées par des militants d’ultra-droite », a dénoncé sur BFMTV et RMC le patron du PCF Fabien Roussel qui a « salué les forces de sécurité qui ont pu déjouer en amont » certaines menaces.

A Paris, selon une source policière, un groupe de 40 personnes proches de l’ultra-droite, qui s’apprêtaient à rejoindre les Champs-Élysées à Paris, a été interpellé lors d’un contrôle dans le XVIIe arrondissement, notamment pour « groupement en vue de commettre des violences » et port d’armes prohibées.

A Lyon, peu après la fin du match, « un groupe de jeunes d’extrême droite s’est rapproché des supporters rassemblés sur la place Bellecour. Il y a eu une rixe et la police est rapidement intervenue pour repousser le groupe et le suivre », selon une source préfectorale, qui a fait état de six interpellations, dont deux parmi les militants du groupuscule d’extrême droite.

Mathilde Panot avait déjà lancé mardi « une alerte solennelle » après des « agressions » de « groupuscules d’extrême droite » contre des militants Insoumis, appelant le gouvernement à « prendre des mesures d’urgence ». « J’ai interpellé monsieur Darmanin, qui a dit qu’il prenait ça au sérieux, donc j’attends de voir ce qui va se passer », a-t-elle indiqué jeudi.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Mondial 2022: la gauche française dénonce des «ratonnades» de l’ultra-droite

S'ABONNER
Partager
S'abonner