Yémen: nombreux civils tués dans un double raid aérien

69

Seize Yéménites, dont de nombreux civils, ont trouvé la mort dans un double raid aérien attribué à la coalition antirebelles, dans l’attaque la plus meurtrière depuis l’annonce d’une proposition de trêve des insurgés Houthis reçue avec prudence par Ryad.

Les deux raids attribués par un responsable local à la coalition menée par l’Arabie saoudite au Yémen, ont visé une habitation de la localité de Qatabah dans la province de Daleh, dans le sud du Yémen. Qatabah est située dans un secteur de Daleh sous contrôle des rebelles qui se sont empressés d’accuser la coalition d’avoir délibérément visé des civils.

« Une famille entière a été tuée (…) et le reste des morts sont des secouristes qui ont péri lors du second raid », a déclaré le responsable local joint au téléphone depuis Dubaï et qui a requis l’anonymat.

Des témoins ont affirmé que les corps avaient été extraits des décombres de l’habitation qui a été sérieusement endommagée. Un médecin de l’hôpital d’Ibb, située pas loin du lieu des raids, où les victimes ont été transportées a confirmé qu’il y avait eu 16 morts, dont « sept enfants et quatre femmes ».

Selon un porte-parole militaire des rebelles, cité par leur télévision Al-Massirah, l’aviation saoudienne a mené avant les raids de mardi 42 frappes aériennes au Yémen en l’espace de 12 heures, tuant huit personnes au total.

Le porte-parole de la coalition, contacté par l’AFP, n’a pas réagi dans l’immédiat. L’attaque du mardi est la plus meurtrière depuis que les rebelles Houthis ont proposé vendredi un arrêt des tirs de missiles, de drones et d’autres engins sur le territoire saoudien en contrepartie de la cessation des raids aériens saoudiens.

– Prudence de Ryad –

La proposition a été accueillie avec prudence par les Saoudiens. « Nous jugeons les autres sur leurs actes et non sur leurs paroles », a déclaré samedi le ministre d’Etat saoudien aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir, à propos de la proposition des rebelles. « Nous allons voir s’ils (les Houthis) vont le faire ou non », a-t-il ajouté. « Concernant ce qui les a poussés (à faire cette proposition), nous allons l’examiner », a dit le numéro deux de la diplomatie saoudienne.

La proposition des Houthis a été faite après les attaques sans précédent contre des installations pétrolières saoudiennes le 14 septembre, que le rebelles yéménites ont revendiquées. Mais ces attaques ont été attribuées par l’Arabie saoudite, les Etats-Unis et des pays occidentaux à l’Iran, allié des rebelles.

LIRE AUSSI : Yémen: les rebelles accusent la coalition d’une « grave escalade à Hodeida »

LIRE AUSSI:  Pétrole: l’Iran qualifie d' »avertissement » yéménite les attaques contre l’Arabie

Certains analystes ont vu dans cette proposition une tentative de favoriser une désescalade dans le Golfe au moment où l’Iran, qui nie toute responsabilité dans les attaques, se trouve soumis à d’intenses pressions. Les Iraniens pourraient utiliser cette proposition « pour semer la confusion dans la communauté internationale », a ainsi estimé Andreas Krieg, professeur au King’s College de Londres.

« L’ONU tentera (dans ce contexte) d’empêcher toute escalade des représailles de la part des Etats-Unis ou de l’Arabie saoudite », a-t-il déclaré à l’AFP. L’émissaire de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, a salué la proposition des Houthis, jugeant qu’elle pourrait conduire à terme à une fin de la guerre au Yémen.

« La mise en oeuvre en toute bonne foi de cette initiative par les Houthis pourrait envoyer un message puissant d’une volonté de mettre fin à la guerre », a souligné M. Griffiths samedi dans un communiqué. « Il est important de profiter de cette opportunité et d’aller de l’avant avec toutes les mesures nécessaires pour réduire la violence, l’escalade militaire et la rhétorique inutile », a-t-il ajouté.

L’émissaire a annoncé sur Twitter avoir rencontré lundi à Jeddah le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane et avoir évoqué avec lui « l’évolution récente de la situation » au Yémen ». « Nous avons échangé des idées constructives sur la façon de maintenir l’élan actuel et d’aider le Yémen à aller de l’avant », a-t-il ajouté