Yemen: les rebelles Houthis se rapprochent de la capitale

81

Les rebelles yéménites Houthis se sont emparés samedi d’un axe routier stratégique à l’est de Sanaa, poursuivant leur offensive face aux troupes du gouvernement au nord et à l’est de la capitale yéménite, selon des responsables militaires loyalistes.

Au prix de violents combats, les rebelles se sont emparés d’un axe routier reliant la capitale Sanaa aux provinces de Marib, à l’est, et celle de Jawf, au nord, ont indiqué lundi ces sources à l’AFP.

Depuis le 17 janvier, les combats ont repris à l’est de Sanaa après des mois de relative accalmie dans le pays ravagé par plus de cinq ans de guerre entre les Houthis, soutenus par l’Iran, et les forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite.

« Les Houthis cherchent maintenant à prendre Hazm, capitale de la province de Jawf en avançant sur deux axes à l’ouest et au nord de cette ville », a indiqué à l’AFP, sous couvert d’anonymat, l’un de ces militaires.

Pire crise humanitaire du monde

La province de Jawf est contrôlée dans sa majorité par les Houthis, mais sa capitale est toujours aux mains du gouvernement. Un autre responsable militaire a affirmé à l’AFP que les « Houthis se trouvaient lundi à cinq kilomètres de la capitale de Jawf ». La province de Marib est en partie sous contrôle des Houthis mais sa capitale éponyme, situé à 170 km à l’est de Sanaa, est aux mains des forces du gouvernement.

Attaque contre des artistes espagnols à Ryad: un Yéménite condamné à mort

Les combats des dernières 48 heures ont fait des dizaines de morts et de blessés, ont affirmé les sources militaires, sans être en mesure d’avancer de bilan précis. Vendredi, le gouvernement a reconnu la progression des Houthis, indiquant avoir procédé à un « retrait tactique » de ses troupes de certaines positions à l’est de Sanaa.

Le centre de réflexion International Crisis Group a mis en garde vendredi contre une « extension du conflit qui aurait un effet dévastateur sur les efforts » visant à y mettre fin. Selon plusieurs ONG, la guerre a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils. Le pays connaît la pire crise humanitaire au monde d’après l’ONU.