Yémen: après le discours de Biden, Ryad réaffirme son soutien à une « solution politique »

115

Ryad a réaffirmé son soutien à « une solution politique globale » au Yémen, a indiqué vendredi l’agence de presse officielle saoudienne, après que le président américain Joe Biden eut annoncé la fin du « soutien » et des « ventes d’armes » à la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite dans ce pays.

« Le royaume a affirmé sa position de soutien à une solution politique globale de la crise yéménite, et se félicite que les Etats-Unis soulignent l’importance des efforts diplomatiques » pour la résoudre, a rapporté l’agence officielle SPA.

L’Arabie saoudite salue « l’engagement » de M. Biden « à coopérer avec le royaume pour défendre sa souveraineté et contrer les menaces contre elle », a ajouté SPA.

L’agence n’a pas mentionné la fin annoncée du soutien américain à la coalition conduite par Ryad et qui mène depuis des années des opérations offensives au Yémen contre les rebelles Houthis.

Dans son premier discours de politique étrangère depuis son investiture, M. Biden a appelé jeudi à la « fin » de la guerre au Yémen et annoncé mettre un terme au « soutien » et aux « ventes d’armes » des Etats-Unis à la coalition sous direction saoudienne.

« Nous renforçons nos efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre au Yémen, une guerre qui a créé une catastrophe humanitaire et stratégique », a déclaré M. Biden. « Cette guerre doit cesser », a-t-il dit.

 

Lire aussi. Le leader d’Al Qaïda dans la Péninsule arabique arrêté au Yémen

 

« Et pour souligner notre détermination, nous mettons fin à tout soutien américain aux opérations offensives dans la guerre au Yémen, y compris aux ventes d’armes », a-t-il annoncé.

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salman, a salué sur Twitter les annonces du président Biden.

« Nous saluons l’engagement du président Biden à travailler avec les amis et les alliés (des Etats-Unis, ndlr) pour résoudre les conflits, et à réagir aux attaques de l’Iran et de ses mandataires dans la région », a écrit le prince.

« Nous avons hâte de continuer à travailler avec nos partenaires américains pour améliorer la situation humanitaire et trouver une solution à la crise au Yémen », a ajouté le responsable saoudien.

Le prince Khaled a aussi salué la nomination comme envoyé spécial américain pour le Yémen d’un diplomate chevronné, Timothy Lenderking.

Le président Biden a déclaré que M. Lenderking soutiendrait les efforts de l’ONU pour parvenir à un cessez-le-feu et relancer les pourparlers de paix entre le gouvernement yéménite soutenu par Ryad et les rebelles Houthis.

Le Yémen est le théâtre d’un conflit depuis que les Houthis ont pris en 2014 le contrôle de Sanaa, la capitale du Yémen, et se sont ensuite emparés d’une grande partie du nord du pays.

L’Arabie saoudite mène depuis 2015 une opération militaire contre les Houthis. Elle a subi de la part des rebelles des attaques répétées de missiles et de drones.

Ryad accuse l’Iran, son rival régional, de fournir des armements ultra-modernes aux Houthis. Téhéran rejette cette accusation.

Des dizaines de milliers de personnes, principalement des civils, ont été tuées et des millions d’autres ont été déplacées au cours de cette guerre qui a causé selon l’ONU la plus grave catastrophe humanitaire au monde.