WikiLeaks publie l’intégralité des «Macron Leaks», LREM riposte en justice

782
©AFP

Trois mois après la première publication des documents, l’organisation de Julien Assange met en place un moteur de recherche pour les débroussailler plus facilement.

«Macron Leaks» saison 1, épisode 1: le vendredi cinq mai, au soir, alors que la présidentielle touche à sa fin, une série de documents baptisés les «Macron Leaks» envahit le net. Ce sont 150.000 fichiers de tous genres, issus du piratage, par un site d’extrême droite américain, de cinq boîtes mails de cinq membres d’En marche!.

À ce moment-là, WikiLeaks joue le relais de cette opération de déstabilisation politique et diffuse un tweet qui mène aux fameux documents. Au moment précis de leur publication, ils sont impossibles à analyser dans leur globalité puisqu’il ne reste que très peu de temps avant la période de réserve durant laquelle les candidats et les médias ont interdiction de commenter publiquement la campagne politique. L’extrême droite française en profite pour faire courir des rumeurs sur le candidat d’En marche!.

Une fois Emmanuel Macron élu, les médias se replongent dans les méandres de ces échanges privés, rarement passionnants et souvent indigestes. Il s’agit d’un mélange entre des documents banals qui portent sur le déroulé de la campagne, des mails inventés par le parti En marche! lui-même pour tromper un éventuel hacker et des faux fabriqués dans le but de fragiliser le candidat (souvenons-nous notamment de la rumeur accusant Emmanuel Macron de détenir un compte offshore aux Bahamas). Certains documents comportent même des caractères en cyrillique, ce qui ne facilite pas le travail journalistique.

Après un examen minutieux, les documents semblent avoir livré tous leurs secrets. Il serait inexact de dire qu’ils ne révèlent rien, Mediapart a ainsi pu révéler la drôle d’utilisation que le député Alain Tourret faisait de sa réserve parlementaire grâce à un document MacronLeaks, mais ils contiennent pour la plupart des éléments de stratégie, des prévisions budgétaires, des échanges sur le contenu des programmes…

En Marche! compte informer le procureur de la République

«MacronLeaks», saison 1, épisode 2: Le 31 juillet, l’organisation WikiLeaks, fondée par Julien Assange annonce la mise en ligne de la totalité des contenus dérobés aux membres d’En marche! pendant la présidentielle. La republication de ces données s’accompagne de la création d’un moteur de recherche qui permet de les défricher aisément. Des 150.000 fichiers, il n’en reste que 71.848 considérés comme fiables et WikiLeaks affirme en avoir déjà vérifié 21.000.

Dans un communiqué, La République en marche en appelle «à la vigilance sur la nature de ces publications. L’opération de piratage s’était traduite par la diffusion de nombreux faux s’ajoutant aux documents authentiques relevant du fonctionnement interne du mouvement». Et dénonce l’initiative de l’organisation de Julien Assange: «Sous couvert de nouveauté, Wikileaks ne fait que reprendre à son compte l’opération de déstabilisation organisée au mois de mai».

 

Par Madeleine Meteyer (Le Figaro)