Washington proteste après une frappe israélienne qui a détruit les bureaux de l’agence de presse américaine

772

La Maison Blanche a indiqué samedi avoir dit à Israël qu’assurer la sécurité des journalistes était « capital », après qu’une frappe de l’Etat hébreu a pulvérisé un immeuble abritant notamment les bureaux de l’agence de presse américaine AP à Gaza.

« Nous avons dit directement aux Israéliens que garantir la sécurité des journalistes et des médias indépendants était une responsabilité d’une importance capitale », a tweeté Jen Psaki, la porte-parole de l’exécutif américain.

L’agence de presse américaine AP s’était dite plus tôt « choquée et horrifiée » par cette frappe israélienne qui a visé la tour abritant ses bureaux et ceux d’Al-Jazeera à Gaza, la qualifiant de « développement incroyablement inquiétant ».

Al-Jazeera a elle dénoncé un « crime » et une tentative de « réduire les médias au silence » par l’armée israélienne.

Des journalistes de l’AFP ont vu la tour de 13 étages se faire pulvériser par plusieurs missiles.

Washington a envoyé un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens pour exhorter une nouvelle fois à la « désescalade ».

Le haut responsable du département d’Etat américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, doit rencontrer des dirigeants israéliens à Jérusalem dimanche et se rendre en Cisjordanie occupée pour des entretiens avec des responsables palestiniens.