Vols directs entre le Maroc et Israël: les Marocains de confession juive impatients

736

Fanny Mergui n’a pas l’ombre d’un doute: les Marocains de confession juive, comme elle, « préparent d’ores et déjà leurs valises » pour se rendre en Israël, après l’annonce de liaisons aériennes directes et régulières dans le cadre du récent rapprochement diplomatique entre les deux pays.

La communauté juive du Maroc est la plus importante d’Afrique du Nord et les quelque 700.000 Israéliens d’ascendance marocaine ont souvent gardé des liens très forts avec leur pays d’origine.

Un premier vol commercial direct entre les deux pays a atterri à Rabat le 22 décembre, à l’occasion de la signature d’un accord tripartite liant une normalisation des relations entre le Maroc et Israël à une reconnaissance américaine de la « souveraineté » marocaine sur le territoire disputé du Sahara occidental.

Mais il est encore impossible de réserver un voyage. Aux délais d’autorisations administratives s’ajoute la pandémie de coronavirus qui paralyse les déplacements depuis début 2020.

 

Lire aussi. Israël va rouvrir une mission diplomatique au Maroc dans les prochains jours

 

La réouverture prochaine des bureaux de liaison fermés au début des années 2000 après une brève embellie diplomatique devrait faciliter la procédure d’obtention de visas pour Israël.

En attendant, Fanny Mergui se dit « très heureuse » de savoir qu’il y aura des vols de cinq heures entre le Maroc et Israël: pour cette ancienne cheville ouvrière de la jeunesse sioniste, l’ouverture de liaisons directes est « une véritable révolution ».

Jusque-là, le voyage était possible mais compliqué par d’interminables heures d’escale dans des pays de transit. La chanteuse marocaine Suzanne Harroch a ainsi passé « quatorze heures dans un aéroport parisien » avant d’obtenir son visa pour se rendre en Israël.

« Une grande partie de ma famille réside là-bas. Il me tarde de les retrouver de plus en plus souvent », s’enthousiasme l’artiste de 67 ans qui voit le rapprochement israélo-marocain comme un « miracle ».

Elle se dit « convaincue que les juifs israéliens d’origine marocaine vont venir en masse au Maroc « se ressourcer » et « pour des fêtes de familles ».

La plupart des membres de la diaspora « sont sur un nuage », abonde Avraham Avizemer, par téléphone depuis Césarée, sur la côte israélienne. Cet entrepreneur de 69 ans, natif de Casablanca, vit en Israël depuis 1954.

Avant la pandémie, entre 50.000 et 70.000 touristes israéliens, pour la plupart d’origine marocaine, visitaient chaque année le royaume, selon le ministère des Affaires étrangères à Rabat.

 

– « Miracle » –

 

Elan, 34 ans, se trouve à Casablanca pour suivre, avec d’autres jeunes Israéliens d’origine marocaine, un enseignement religieux dispensé par un rabbin dans la synagogue Beth-El. « La liaison directe facilitera les déplacements », souligne-t-il.

La communauté juive du Maroc compte actuellement 3.000 personnes. Présente depuis l’Antiquité, renforcée au XVe siècle par l’expulsion des juifs d’Espagne, elle a atteint environ 250.000 âmes à la fin des années 1940, soit environ 10% de la population. Beaucoup sont partis après la création d’Israël en 1948.

Les deux pays ont entretenu des relations officielles de 1993 à 2000, date du déclenchement de la seconde intifada dans les territoires palestiniens contre l’occupation israélienne.

Mais des liens ont été maintenus. Les échanges commerciaux bilatéraux ont représenté 149 millions de dollars entre 2014 et 2017, selon des statistiques publiées par la presse marocaine. Et les deux communautés vivent en bonne intelligence au Maroc.

« Quatre de mes voisins musulmans désirent m’accompagner pour ma première visite depuis le Maroc », se réjouit Prosper Bensimon, rencontré après la prière du soir à la synagogue Em Habanim de Casablanca.

Mais le militant marocain des droits humains Sion Assidon a dénoncé sur Facebook le fait de « justifier l’ignominie de la normalisation par les liens historiques du Maroc avec les colons d’origine marocaine ».

Cet intellectuel se présente comme un « marocain de culture juive » et milite activement au sein du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël, pour les droits des Palestiniens.

Tout en saluant « chaque pas vers la paix », Fanny Mergui appelle les Israéliens démocrates à soutenir « la création d’un Etat Palestinien » pour régler le conflit.

Elle avait immigré en Israël dans les années 1960 mais est rentrée dans son pays natal après la guerre israélo-arabe de 1967: « Je n’ai pas accepté que l’Etat juif, dans lequel j’avais foi, occupe des terres palestiniennes », explique-t-elle.