Vladimir Poutine: vingt ans de pouvoir en images

à 13:00
Vladimir Poutine regarde dans la lunette d’un fusil de sniper, le 19 septembre 2018, lors d’une visite au Patriot Park de Kubinka, près de Moscou. ALEXEY NIKOLSKY/AFP

Du premier ministre de Boris Eltsine au président russe tout-puissant, Vladimir Poutine s’est construit au fil des années une réputation d’homme à poigne. Retour en photos sur son parcours.

A droite, Boris Eltsine, ancien président de la fédération de Russie et à gauche, Vladimir Poutine. Crédits photo: CVI/HB - RP1DRILMQOAC

1999. Vladimir Poutine fait son apparition sur la scène politique russe, nommé premier ministre par un président Boris Eltsine malade et affaibli. Ancien patron du FSB (successeur du KGB), il est inconnu du grand public international. À peine nommé, il déclenche la seconde guerre de Tchétchénie, qui reste dans les mémoires comme un conflit particulièrement sanglant. «On ira buter les terroristes jusque dans les chiottes», déclare-t-il alors. Le 31 décembre 1999, Boris Eltsine démissionne et lui laisse la présidence par intérim.

Crédits photo : FMS - RP2DRHXTUGAB
2000. Porté par le clan Eltsine, l’ancien KGB et les militaires, Vladimir Poutine est élu président de la Fédération de Russie au premier tour, avec 52,2% des voix. Il met en place une «verticalisation du pouvoir»: tout émane de lui. Les gouverneurs locaux sont encadrés, les oligarques surveillés, l’opposition entravée.

Le 15 mars 2004, une femme russe regarde des écrans dans un magasin de télévision à Saint-Pétersbourg, alors que le président russe, Vladimir Poutine, s'adresse à la nation. REUTERS / Alexander Demianchuk AS / AA - RP4DRIFWZEAD
2004. Vladimir Poutine est solidement installé à la tête de la Russie. Il est réélu président avec près de 72% des suffrages, dès le premier tour. Au cours de ce second mandat, Poutine s’affirme de plus en plus sur la scène internationale. Le fossé entre la Russie et l’Occident va peu à peu se creuser.
Cette image de piscine fournie le 3 septembre 2007 montre le président russe Vladimir Poutine portant un fusil de chasse en République de Touva, le 15 août 2007. Photo AFP / RIA NOVOSTI / PISCINE KREMLIN / DMITRY ASTAKHOV (Photo de DMITRY ASTAKHOV / RIA NOVOSTI / AFP)
2007. Vladimir Poutine consolide son image d’homme fort par des photos mises en scène dont certaines semblent directement issues de films d’action.
Le président russe Vladimir Poutine et le premier vice-Premier ministre et candidat à la présidence Dmitri Medvedev posent lors d'une réunion tenue dans la résidence Novo-Ogaryovo à l'extérieur de Moscou le 30 décembre 2007. Crédits : REUTERS / Alexander Zemlianichenko / Pool (RUSSIE) - GM1E43103PK01
2008. Premier chassé-croisé à la tête de l’État fédéral russe. La Constitution ne permet pas à Vladimir Poutine d’exercer un troisième mandat présidentiel consécutif. Son premier ministre, Dimitri Medvedev, est élu à sa place, tandis qu’il prend la tête du gouvernement.

 

2008. Vladimir Poutine souhaite montrer au monde que la Russie est prête à défendre ses intérêts. Répondant à une offensive géorgienne contre la région séparatiste d’Ossétie du Sud, les armées russes entrent en guerre. Le conflit se solde par une victoire de Moscou, qui reconnaît l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, autre région prorusse située en Géorgie. La Russie «assume» la défense des deux entités. Crédits: DMITRY KOSTYUKOV/AFP
Dans cette photo, prise le 03 août 2009, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, monte à cheval pendant ses vacances dans la ville de Kyzyl, dans le sud de la Sibérie. Crédits photo : ALEXEY DRUZHININ / SPUTNIK / AFP
2009. Le premier ministre se met une nouvelle fois en scène dans le sud de la Sibérie. Si Dimitri Medvedev est le président en titre, personne n’est dupe sur le fait que Vladimir Poutine tient en réalité les rênes du pouvoir. Avant la fin même du mandat de Medvedev, Poutine est désigné comme son successeur.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine et le président Dmitri Medvedev discutent lors d'une réunion à Krasnaya Polyana, près de Sochi, le 8 mars 2012. Crédits : REUTERS
2012. Second chassé-croisé à la tête de la Fédération de Russie. Vladimir Poutine est élu une nouvelle fois au premier tour avec près de 63% des voix. Dimitri Medvedev reprend la tête du gouvernement.
2014. À la suite de la crise ukrainienne qui chasse le président prorusse Ianoukovitch du pouvoir à Kiev, la Russie prend position en Crimée. Des soldats russes prennent position dans la presqu’île. Quelques jours plus tard, un référendum sur le rattachement à la Russie est organisé. Le scrutin est jugé illégal par la communauté internationale. Vladimir Poutine proclame l’annexion de la province ukrainienne: «En Crimée, tout respire l’histoire de la Russie […] La Crimée a toujours été une partie de notre pays.» POOL New/REUTERS
Le président russe Vladimir Poutine (Russie) et le président biélorusse Alexandre Loukachenko participent à un match de hockey avec les stars du hockey soviétique à Sotchi le 4 janvier 2014. AFP PHOTO / RIA NOVOSTI / ALEXEY NIKOLSKY
2014. Vladimir Poutine prend la pose en hockeyeur aux côtés du dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko. 2014, c’est l’année des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en Russie, qui consacrent l’image internationale du président russe. Depuis, l’image de ces jeux a été sérieusement entachée par la révélation de l’organisation d’un programme de dopage d’État des athlètes russes.
Le président russe Vladimir Poutine (MD) et le président syrien Bashar al-Assad entrent dans une salle lors d'une réunion au Kremlin à Moscou (Russie) le 20 octobre 2015. Assad a effectué une visite surprise à Moscou mardi soir pour remercier Poutine d'avoir lancé des frappes aériennes contre les militants islamistes en Syrie. Photo prise le 20 octobre 2015. REUTERS / Alexei Druzhinin / RIA Novosti / Kremlin
2015. Alors que le régime syrien de Bachar el-Assad apparaît sur le point de tomber,Moscou, allié traditionnel de Damas, vol à son secours. Honni par la communauté internationale, le président syrien est reçu au Kremlin. La Russie s’impose comme une puissance incontournable dans le conflit qui embrase le Moyen-Orient et montre une nouvelle fois qu’elle n’entend plus laisser contester son aire d’influence.
Le président russe et candidat à la présidence, Vladimir Poutine, prononce un discours devant son siège à Moscou, en Russie, le 18 mars 2018. Sergei Chirkov / POOL via Reuters

2018. Pour la quatrième fois, Vladimir Poutine est élu au premier tour de la présidentielle. Il réalise son meilleur score avec plus de 76% des voix. Dimitri Medvedev reste premier ministre. Le président verse une larme.