Virus « mutant » chez les visons: les scientifiques entre prudence et vigilance

167
DR.

Certains animaux peuvent attraper le Covid-19 et les visons peuvent même contaminer l’Homme. Mais il n’existe pas de preuve à ce stade que ce saut entre espèces aggrave l’épidémie, selon les scientifiques, prudents mais vigilants après les annonces spectaculaires du Danemark.

La Première ministre danoise Mette Frederiksen a annoncé mercredi l’abattage de la totalité des plus de 15 millions de visons du pays, affirmant qu’une version mutée du SARS-Cov-2 qui pourrait menacer l’efficacité d’un futur vaccin avait été transmise par ces animaux à douze personnes.

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans les médias à travers le monde, dans un climat de grande angoisse face à une pandémie de Covid-19 qui a déjà fait plus de 1,2 million de morts en moins d’un an.

Mais de nombreux experts se sont montrés circonspects, s’interrogeant sur la réalité des supposés dangers de cette mutation en l’absence de publication scientifique.

« Je souhaiterais vraiment que cette tendance à faire de la science par communiqués de presse cesse. Il n’y a aucune raison que les données génomiques ne puissent pas être partagées pour permettre à la communauté scientifique d’évaluer ces affirmations », a dénoncé sur Twitter Angela Rasmussen, virologue à l’université de Columbia (New York).

Les virus à ARN, comme le coronavirus apparu en Chine fin 2019, mutent tout le temps, sans nécessairement de conséquences significatives. Aucune étude scientifique ne démontre d’ailleurs à ce stade qu’une des nombreuses mutations du SARS-Cov-2 ait pu modifier sa contagiosité ou sa dangerosité.

 

Lire aussi: Le discours royal reporté à cause d’un cas de coronavirus dans l’équipe de tournage

 

La contamination de visons n’est pas non plus une nouveauté. Outre le Danemark, de nombreux élevages ont été touchés depuis le mois de juin aux Pays-Bas, aux Etats-Unis ou en Espagne. Et quelques cas d’infections d’êtres humains par des visons ont également été rapportés.

Les annonces danoises vont plus loin, décrivant le passage, du vison à l’Homme, d’une souche différente du virus.

« D’après les informations des autorités danoises, ce virus n’est pas plus pathogène ni plus virulent », indique à l’AFP Gilles Salvat, expert de l’agence sanitaire française Anses.

Mais la crainte est qu’il « émerge comme second virus dominant dans la population (…). Faire un vaccin pour une souche est déjà compliqué, si on doit en faire contre deux, quatre ou six souches c’est encore plus compliqué », poursuit le spécialiste, qualifiant ainsi de « précaution » la décision d’abattage des visons.

 

– « Contre-productif » –

 

« Cette mesure est entièrement justifiable d’un point de vue sanitaire pour éliminer une source de transmission du virus conséquente », renchérit le Pr François Balloux, de l’University College de Londres.

Mais « évoquer le risque que les visons pourraient générer une seconde pandémie paraît excessif et contre-productif dans le climat anxiogène actuel », indique-t-il à l’AFP, notant que des mutations similaires existent déjà dans la population sans s’être répandues.

« On sait que ce virus avec les mêmes mutations a émergé dans des élevages de visons, a été transmis à des gens et n’est pas du tout monté en fréquence, il reste rare dans la population », insiste-t-il, même s’il reconnaît que ce n’est pas « entièrement impossible » que cette lignée « puisse se répandre et rendre les vaccins moins efficaces ».

Les « véritables implications des changements » apportés par la mutation qui touche la protéine permettant au virus d’entrer dans une cellule « n’ont pas été évaluées par la communauté scientifique », a de son côté expliqué James Wood, professeur de médecine vétérinaire à l’Université de Cambridge.

 

Lire aussi: Coronavirus au Maroc: la barre des 5000 cas quotidiens encore une fois franchie ce vendredi

 

« Il est trop tôt pour dire que ce changement provoquera un échec des vaccins ou de l’immunité », a-t-il ajouté, cité par l’organisme britannique Science Media Centre.

Outre les visons, des cas de contaminations par le virus du Covid-19 ont été recensés chez d’autres carnivores: surtout des chats, mais aussi des chiens et même des tigres et des lions d’un zoo de New York.

A ce stade, « le risque d’une propagation du Covid-19 des animaux aux Hommes est considéré comme très faible », estiment toutefois les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Le chien ou le chat « sont des culs-de-sac épidémiologiques – c’est-à-dire qu’ils peuvent héberger le virus provisoirement mais ils ne le multiplient pas suffisamment pour être contagieux », insiste Gilles Salvat.

Après les annonces danoises, l’académie de médecine française a tout de même appelé vendredi les personnes infectées à « éviter tout contact » avec leurs animaux de compagnie, en particulier les furets, de la même famille que les visons.

Angela Rasmussen s’inquiète elle d’une installation du virus chez les chats non domestiques. « Les chats sont réceptifs à l’infection et il y a des millions de chats sauvages aux Etats-Unis (et des millions de plus dans le monde) », souligne la virologue.

« Si les chats deviennent un réservoir établi, on pourrait être coincés avec le SARS-Cov-2 pendant des années ».