Virus: la Tunisie s’ouvre aux touristes malgré les restrictions sur son sol

DR.

Les premiers avions de touristes ont commencé à arriver en Tunisie cette semaine, en dépit de la détérioration de la situation épidémique qui a poussé le pays à fermer les écoles et à instaurer une quarantaine à l’hôtel pour la plupart des voyageurs.

Un premier contingent de 300 touristes russes est arrivé jeudi à bord de deux vols charters, une première depuis l’été dernier, a indiqué vendredi à l’AFP le directeur de l’Office national du tourisme, Moez Belhassine.

Des touristes biélorusses devaient arriver vendredi, et des Tchèques –dont des représentants de tour-opérateurs– sont attendus à Djerba samedi, a-t-il ajouté.

Bien que cette fréquentation soit très loin des chiffres de l’avant-pandémie, « nous voulions envoyer un message positif, montrer que nous sommes prêts à recevoir les touristes, » a affirmé M. Belhassine.

Selon lui, les touristes sont soumis à un protocole sanitaire strict: ils doivent présenter un test négatif à leur arrivée et séjourner dans des hôtels dont ils ne peuvent sortir qu’en groupe.

La reprise du tourisme intervient au moment d’une aggravation de la situation sanitaire en Tunisie, les hôpitaux peinant depuis quelques semaines à faire face à l’afflux inédit de malades dans un état grave.

 

Lire aussi: Découverte d’un nouveau variant de Covid-19 en Tunisie

 

Les établissements scolaires sont fermés depuis mi-avril et au moins jusqu’à mi-mai et un couvre-feu est en vigueur de 22H00 à 5H00 du matin, avec une interdiction de la circulation automobile à partir de 19H00.

Pour ne pas aggraver la situation et éviter que de nouveaux variants circulent dans le pays, les voyageurs arrivant à partir de lundi devront effectuer une quarantaine de cinq à sept jours dans des hôtels (et non à domicile comme c’était le cas jusque-là), a annoncé mercredi le gouvernement.

Depuis le début de la pandémie, la Tunisie a officiellement enregistré plus de 307.000 cas de coronavirus, dont 10.641 décès. La crise sanitaire a mis à genoux le tourisme, qui représente 14% du PIB du pays.

Ce secteur clé avait pâti de l’instabilité puis de l’insécurité après la révolution de 2011, avant de rebondir ces dernières années jusqu’à dépasser les 9,5 millions de visiteurs en 2019.

Mais en 2020, le nombre d’arrivées a chuté de 80% et les recettes touristiques de 64%, a souligné M. Belhassine.