Vidéos. Présidentielle en Algérie: manifestation monstre à Alger, des bureaux de vote saccagés en Kabylie

Une dizaine de milliers de personnes manifestent jeudi en début d’après-midi à Alger contre l’élection en cours pour élire un successeur au président déchu Abdelaziz Bouteflika, emporté en avril par un mouvement populaire de contestation, ont constaté des journalistes de l’AFP.

 

La police, déployée en force, est rapidement et brutalement intervenue toute la matinée pour empêcher tout rassemblement. Mais les manifestants sont parvenus à se mobiliser et ont même réussi à briser un cordon de police qui leur barrait l’accès au carrefour de la Grande Poste, lieu symbolique de rassemblement du « Hirak », le « mouvement » de contestation inédit qui agite l’Algérie depuis février.

 

Selon le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Mohamed Charfi, le taux de participation à l’élection présidentielle jeudi en Algérie, enjeu majeur du scrutin, a atteint 7,92% à 11H00 (10H00 GMT).

A titre de comparaison, la participation était de 9,15% à 10H00 locales lors de la précédente présidentielle en 2014, lors de laquelle le taux de participation définitif s’était établi à 50,7%. Lors de la présidentielle de 2009, durant laquelle 74,5% des électeurs avaient voté, la participation était de 9,36% à 10H30.

Forte abstention

De nombreux observateurs s’accordent à dire que les chiffres de participation ont été gonflés ces dernières années en Algérie, où les scrutins ont fait l’objet de fraudes régulières.

Des activistes du Hirak ont indiqué que «les autorités ont appelés les membres des forces de l’ordre à voter pour sauver le taux de participation».

 

La plupart des observateurs s’attendent à une très forte abstention, le puissant mouvement (« Hirak ») de contestation populaire qui ébranle l’Algérie depuis février ayant appelé au boycott du scrutin.

A Alger, épicentre du « Hirak », le taux de participation à 11H00 se situait à 4,77%, selon M. Charfi.

 

Le président de l’Anie, cité par l’agence officielle APS, s’est félicité du « bon déroulement de l’élection présidentielle dans 95% des centres de vote ».

Toutefois, dans la région frondeuse de Kabylie (nord), au moins deux centres de vote ont été fermés à Béjaïa, dont l’un a été saccagé. Et un troisième a été assiégé par des opposants au scrutin présidentiel, selon des témoins et des sources sécuritaires.

A Tizi Ouzou, autre grande ville de cette région berbérophone, toutes les opérations de vote ont été interrompues.

Selon M. Charfi, le taux de participation dans la wilaya (préfecture) de Béjaïa était de 0,12% et quasiment nul (0,02%) dans celle de Tizi Ouzou, toujours à 11H00.