Vidéos. Khaled Freak, le youtubeur qui a rythmé la campagne présidentielle française

79

Cet informaticien de 35 ans a vu sa popularité monter en flèche sur la plateforme de vidéos en remixant des discours d’Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Fillon à la sauce rap, métal ou hiphop. Très drôle.

«Pas d’vot’ faute», «Notre projeeet», «Hypocrites», «Perlimpinpin», «Double ration de frites». Vous ne faites pas de lien entre ces cinq expressions? C’est probablement que vous êtes passé à côté d’un des phénomènes musico-politiques de ces derniers mois: les vidéos YouTube de Khaled Freak. Depuis fin 2015, ce youtubeur habitué des remix régale les adeptes des discours politiques mis en musique. Il s’est fait une place auprès des classiques du genre, de «Tous les Français» de Jacques Chirac, à «Jeanne, au secours» de Jean-Marie Le Pen.

Sa dernière œuvre en date, au lendemain du second tour, est déjà l’un de ses plus grands succès. Inspiré par la «poudre de Perlimpinpin» mentionnée par Emmanuel Macron lors du débat d’entre-deux tours, le youtubeur a attiré plus d’1,8 million d’internautes en quatre jours avec une vidéo d’une minute. Seul écart au discours politique: quelques références à d’autres récents détournements que l’auteur a glissées en guise de clin d’oeil à ses fidèles.

Ce succès est loin d’être le premier. C’était déjà Emmanuel Macron qui lui avait offert une vidéo virale et un saut de popularité, en décembre 2016, au début de la campagne, avec un style metal. Là encore, le futur président lui avait facilité la tâche, en tirant sur ses cordes vocales à la fin de son discours parisien, porte de Versailles.

«Macron, c’est un régal. Surtout ses petites pertes de contrôle, j’adore ça», résume Khaled Freak. Ce technicien réseau pour Bouygues Télécom vit dans la région de Marseille. À bientôt 36 ans, il est un passionné de musique depuis l’enfance – il a reçu son premier synthétiseur à 7 ans – mais pas forcément de politique. Au début de son aventure YouTube, sa matière de travail était… un jeune rappeur tchèque. Le compositeur s’amusait à ajouter son accompagnement instrumental sur les chansons. «Je suis passé sur la télévision slovaque. Le problème, c’est qu’en France, personne ne me voyait!», sourit le youtubeur.

À cette époque, Khaled Freak était persuadé d’avoir besoin d’une base musicale pour ajouter sa propre composition. Jusqu’à ce qu’il découvre le travail des Gregory Brothers. Avec leur série «Songify the News», ces youtubeurs ont transformé les débats de Clinton, Sanders et Trump en affrontements rock (dont un exemple est visible ci-dessous). «J’ai essayé. Au début c’était périlleux», raconte Khaled Freak. «Surtout à cause de la langue: le français n’est pas du tout utilisable comme l’anglais. Les syllabes se chevauchent, sont avalées…» Il finit par réussir en abandonnant le style pop et en optant pour le rap, sur lequel il fait chanter Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac ou Valéry Giscard d’Estaing. Sans toutefois se faire vraiment connaître.

Sa notoriété, il la doit à la vidéo d’un échange entre Bernard Cazeneuve et le député Dominique Dord, repérée grâce aux suggestions de YouTube. Le youtubeur passe 48 heures dessus avant de la mettre en ligne, persuadé du «buzz» à venir grâce à l’anaphore: «Mais c’est pas de votre faute». Déception: en un mois, le compteur n’affiche que 18.000 vues. Khaled Freak est dépité. «Je me suis dit: “Je ne pourrai rien refaire de mieux!”» C’était sans compter la reprise de la vidéo par une page Facebook très suivie. En dix jours, l’audience connaît un pic. Le youtubeur gagne 2500 abonnés en une journée, contre une moyenne de 1000 par mois. Près d’un an et demi plus tard, le clip reste le plus populaire avec 2,6 millions de vues. «C’est devenu mon classique!»

Par la suite, Khaled Freak multiplie les remix politiques. Le succès est inégal. Le youtubeur reconnaît la moindre qualité de certains. «La troisième vidéo sur Macron, je l’ai faite pour la communauté. Mais je n’ai pas vraiment trouvé la bonne idée. Le public pense qu’il suffit que je décide de faire quelque chose pour que ça marche, alors qu’il y a plein de contraintes…» Il regrette d’ailleurs de n’avoir pu détourner Philippe Poutou ou Jean Lassalle. «J’aurais vraiment voulu les faire! Mais ils sont infaisables…»

Car au fil du temps, Khaled Freak a identifié certains ingrédients d’un bon remix. Une scène déjà extrêmement partagée, comme la poudre de Perlimpinpin, sera évidemment utilisée, ainsi que les anaphores. Mais ce qui compte surtout , c’est la mise en scène. Les gestes d’un discours ou la disposition d’un meeting jouent un rôle dans l’énergie des clips: un discours sans relief ne prend pas. «François Hollande et son “J’ai décidé de ne pas être candidat”, c’est trop plat, ça ne fonctionne pas bien», reconnaît-il après coup. La vidéo qu’il en a tirée n’a pas eu la même audience que d’autres. Pour lui, «ce qui plaît, c’est de voir des gens parler avec leur cœur sur de la musique, on n’est pas habitué.»

Parmi les vidéos les plus vues, les envolées hard rock d’Emmanuel Macron trouvent, logiquement, une bonne place. Ainsi que, bien sûr, les stand-up façon rap de Jean-Luc Mélenchon. La deuxième vidéo à afficher plus de 2 millions de vues, «Il y a un problème», est inspirée du candidat de la France insoumise. Elle est talonnée par le désormais classique «Hypocrites», visionné 1,8 millions de fois, et également tiré d’un discours du candidat (qui l’a lui-même commentée positivement):

Désormais, après six mois de campagne présidentielle, Khaled Freak réunit plus de 240.000 abonnés et voit ses vidéos reprises des milliers de fois – parfois sans le mentionner – en-dehors de YouTube. Les revenus qu’il en tire pourraient lui suffire pour vivre, mais les problèmes actuels de publicité sur YouTube poussent ce père de deux enfants à la prudence.

S’il devait ne retenir qu’une vidéo de ces mois politiques? «Personnellement, c’est celle de François Fillon, «Penelope». C’était une façon de relayer son émotion, d’exprimer une certaine sympathie avec le fait que sa femme était attaquée. Je n’ai pas fait beaucoup de remix dans lesquels les gens ont les larmes aux yeux!» Pour l’heure et malgré ces succès, la fin de la campagne sonne aussi comme un soulagement pour le youtubeur, qui souhaite retourner vers d’autres formats. Jusqu’à la prochaine envolée d’un discours de campagne.

Plusieurs vidéos ayant dépassé le million de vues

11 octobre 2015 – Marine Le Pen chante du Rai – 1.062.000 vues

14 octobre 2015 – Les politiciens font du rap – 1.034.000 vues

2 janvier 2016 – Dominique Dord et Bernard Cazeneuve, C’est pas de votre faute – 2.677.000 vues

20 juillet 2016 – André Chassaigne, Triple coup de force – 467.000 vues

15 septembre 2016 – Jean-Luc Mélenchon, Hypocrites – 1.891.000 vues

15 novembre 2016 – Nicolas Sarkozy, Double ration de frites – 677.000 vues

11 décembre 2016 – François Hollande, J’ai décidé de ne pas être candidat – 535.000 vues

14 décembre 2016: Emmanuel Macron, Heavy Metal – 1.576.000 vues

12 janvier 2017 – Jean-Luc Mélenchon, Le Problème C’est Celui De Ceux Qui Se Gavent – 2.096.000 vues

11 février 2017 – François Fillon, Penelope – 692.000 vues

5 mars 2017 – Dominique Dord vs Myriam El Khomri – 198.000 vues

13 mars 2017 – François Fillon, C’est la faute à… – 405.000 vues

5 avril 2017 – Benoît Hamon ft. Emmanuel Macron – 328.000 vues

12 avril 2017 – Jean-Luc Mélenchon, Réfléchissez – 666.000 vues

29 avril 2017 – Emmanuel Macron, Pas ça – 371.682 vues

8 mai 2017 – Emmanuel Macron, Poudre de Perlimpinpin – 1.242.000 vues